L'Agriculteur de l'Aisne 21 octobre 2010 à 16h01 | Par G. Trichet

2010, une assez bonne année pour la betterave et le sucre

Le 18 octobre est une date importante pour toute la filière sucre, puisqu’elle marque l’apogée de la campagne betteravière avec le fameux dicton : «A la Saint Luc, la betterave devient sucre». L’édition 2010 s’annonce être une assez bonne année avec des rendements corrects, qui rappellent ceux des campagnes de 2007 et 2008.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Réussir - l'agriculteur de l'aisne

Certes, les conditions météorologiques n’ont pas été des plus favorables cette année. Si les semis de  betteraves ont pu être réalisés dès le mois de mars, le temps très sec, combiné avec des périodes très froides en mai, n’a pas été propice au développement des betteraves. La sécheresse du mois de juillet n’a fait qu’amplifier ce phénomène. Par la suite, les pluies conséquentes du mois d’août ont cependant permis aux betteraves de grossir, mais au détriment de leur richesse en sucre. Malgré cette météo peu favorable les premières récoltes sont correctes en termes de rendements de betteraves et de sucre. Selon les prévisions établies à partir des prélèvements effectués et d’après les premiers arrachages, le rendement devrait se situer aux alentours de 85 tonnes de betteraves par hectare.
Bien que largement inférieure à celle de 2009, année exceptionnelle et baptisée depuis «campagne du siècle»,  la campagne 2010 s’annonce au final assez bonne.
Malgré une climatologie 2010 peu favorable, il faut souligner l’extraordinaire potentiel de cette plante, dont la productivité ne cesse de s’accroître d’année en année grâce à une amélioration de la qualité des semences et également à une optimisation des techniques culturales, toujours plus performantes et respectueuses de l’environnement.

Une trentaine de départements mobilisés pendant 3 mois
Si la Saint-Luc est traditionnellement l’apogée de la campagne betteravière, celle-ci a démarré dès le 15 septembre et se terminera dans les derniers jours de l’année 2010. Ainsi la durée moyenne de la campagne devrait se situer aux alentours de 95 jours, permettant ainsi de produire plus de 4 millions de tonnes de sucre blanc.
Pendant 3 mois, dans une trentaine de département français, les 25 sucreries françaises vont tourner sans relâche, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, incarnant ainsi le dynamisme économique de la filière. Ce sont ainsi 45 000 personnes qui se mobilisent pour faire de la France, le premier producteur européen de sucre.

Le CEDUS
Le Centre d'Etudes et de Documentation du Sucre est un organisme interprofessionnel, créé en 1932, qui a pour mission d’assurer l’information et la documentation d’un produit essentiel du secteur agroalimentaire français : le sucre.
www.lesucre.com la meilleure source d’information sur le sucre et les produits sucrés.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1918 | avril 2019

Dernier numéro
N° 1918 | avril 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui