L'Agriculteur de l'Aisne 02 janvier 2013 à 08h48 | Par FNSEA

Agriculture - DPI / DPA : le choix de l’ambition

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Alors même qu’après 10 ans d’expérience la DPA n’a toujours pas trouvé son public et que la DPI était condamnée à disparaitre, les parlementaires viennent de redonner un nouvel élan à ces dispositifs en les réformant en profondeur. Certes l’acquisition d’immobilisations ne sera plus possible, mais les agriculteurs seront désormais dotés d’un mécanisme de gestion pluriannuel de leurs exploitations, simple et efficace. Dans ce cadre, les éleveurs seront accompagnés pour financer leurs stocks de fourrages. Il s’agit donc désormais d’un véritable outil de gestion des exploitations qui vient d’être adopté. Avec un plafond annuel de 27 000 € (au lieu de 20 000 € pour la DPI qui était, dans les faits, le seul dispositif utilisé) et un plafond pluriannuel de 150 000 €, la ferme France n’a rien perdu, bien au contraire. Quant aux stocks de DPI, au 31 décembre 2012, ils pourront être utilisés dans les conditions de l’ancien texte, notamment, pour les immobilisations (dont les matériels roulants). En reconduisant les crédits d’impôts, le remboursement de la TIC, en ne sacrifiant pas la DPI, en améliorant la DPA, les parlementaires ont fait le choix de l’ambition. Les agriculteurs sont porteurs d’avenir, les accompagner est un investissement. Pied à pied, nous nous battons pour que les paysans retrouvent une stabilité et une lisibilité pour gérer leurs fermes


DPI / DPA : le choix de l’ambition

Alors même qu’après 10 ans d’expérience la DPA n’a toujours pas trouvé son public et que la DPI était condamnée à disparaitre, les parlementaires viennent de redonner un nouvel élan à ces dispositifs en les réformant en profondeur. Certes l’acquisition d’immobilisations ne sera plus possible, mais les agriculteurs seront désormais dotés d’un mécanisme de gestion pluriannuel de leurs exploitations, simple et efficace. Dans ce cadre, les éleveurs seront accompagnés pour financer leurs stocks de fourrages. Il s’agit donc désormais d’un véritable outil de gestion des exploitations qui vient d’être adopté. Avec un plafond annuel de 27 000 € (au lieu de 20 000 € pour la DPI qui était, dans les faits, le seul dispositif utilisé) et un plafond pluriannuel de 150 000 €, la ferme France n’a rien perdu, bien au contraire. Quant aux stocks de DPI, au 31 décembre 2012, ils pourront être utilisés dans les conditions de l’ancien texte, notamment, pour les immobilisations (dont les matériels roulants). En reconduisant les crédits d’impôts, le remboursement de la TIC, en ne sacrifiant pas la DPI, en améliorant la DPA, les parlementaires ont fait le choix de l’ambition. Les agriculteurs sont porteurs d’avenir, les accompagner est un investissement. Pied à pied, nous nous battons pour que les paysans retrouvent une stabilité et une lisibilité pour gérer leurs fermes

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1820 | mai 2018

Dernier numéro
N° 1820 | mai 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui