L'Agriculteur de l'Aisne 03 juin 2013 à 13h50 | Par Agrafil

Agriculture - Stéphane Le Foll a présenté son programme ambition bio pour 2017

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le ministre de l’Agriculture a présenté le  31 mai le Programme ambition bio 2017, une  série d’orientations qui visent notamment à multiplier  par deux les surfaces agricoles consacrées au bio qui  représentent actuellement légèrement moins que 4 %.  Voulant surtout créer une dynamique, dans le cadre du projet  agro-écologique pour la France, Stéphane Le Foll s’est  d’abord engagé à prélever sur les fonds de la  politique agricole commune au moins 160 millions d’euros par an  (moitié européens moitié français) pour financer  les conversions et le soutien des exploitants. En principe, les aides au  développement rural issues de la Pac seront majorées pour les producteurs bio. Stéphane Le Foll compte aussi sur les moyens des  agences de l’eau pour qu’elles soutiennent le  développement du bio dans les zones de captage. Autre axe de ce plan,  la structuration des entreprises de transformation. Un «fonds  d’avenir bio» qui existe déjà sera  doté d’au moins 4 millions d’euros par an pour aider  les entreprises à se développer, investir, se rapprocher. En  aval, la consommation sera encouragée et l’objectif de 20 %  de bio dans la restauration collective de l’Etat est toujours  visé. Enfin, le ministre incitera l’enseignement agricole et la  recherche agronomique dont il a la tutelle, à développer la  place du bio. Le nombre de conversions des exploitations en bio s’est  ralenti en 2012. Elles représentaient entre 2500 et 4200  dans les années 2009-2011 et n’ont été que de 1300 en 2012

Les Chambres d’agriculture prêtes à se  mobiliser pour le plan bio 2017
Dans un communiqué publié peu après la  présentation du plan Bio 2017 par le ministre, l’APCA  (Assemblée permanente des chambres d’agriculture) se  déclare prête à se mobiliser pour la mise en œuvre  de ce plan comme elle s’est mobilisée pour sa  préparation. Selon Étienne Gangneron, président du  groupe bio de l’APCA, qui participait à la présentation  du plus, un réel «il faut relancer les conversions et  organiser les filières pour dynamiser la consommation,  conquérir de nouveaux marchés et offrir des perspectives de  développement aux agriculteurs». Selon l’APCA, plus  de 250 conseillers spécialisés en bio accompagnent dans chaque  région l’installation, la conversion et les projets de tous les  agriculteurs en favorisant les complémentarités et les  transferts de pratiques entre les différents modes de production. Le  réseau des chambres d’agriculture «propose à  l’ensemble des acteurs de s’appuyer sur notre réseau pour  coordonner sur le terrain les actions de développement de  l’agriculture biologique». «Agricultures bio et  conventionnelle ne doivent pas s’opposer mais s’enrichir  mutuellement par le transfert des connaissances et des  savoir-faire» affirme Guy Vasseur, président des Chambres  d’agriculture

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1841 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 1841 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui