L'Agriculteur de l'Aisne 22 février 2013 à 17h29 | Par P. Dufresne

Aisne - Philippe Pinta réélu président de la Chambre d'Agriculture

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Pinta, réélu pour 6 ans
Philippe Pinta, réélu pour 6 ans - © l'agriculteur de l'aisne
Avec  35 voix sur 36, Philippe Pinta a été confortablement reconduit dans ses fonctions de Président de la Chambre d’Agriculture, lors de la session d’Installation du 15 février dernier. Ce nouveau mandat s’annonce riche en challenges à relever. «Notre agriculture n’est pas seulement diverse et  plurielle, elle est aussi de plus en plus complexe», souligne le Président Pinta. Signe des temps et de la mixité renforcée de cette nouvelle chambre, ce sont deux femmes qui ont veillé au bon déroulement de cette session d’Installation. Après avoir présenté les résultats des élections et appelés les membres élus, Pierre Bayle, préfet, a désigné le bureau provisoire de l’assemblée. Ce sont, respectivement, Monique De Vriendt et Antoinette Sainte-Beuve qui ont mené l’élection du président. Pour Monique De Vriendt, les agriculteurs de l’Aisne peuvent être fiers du travail accompli par la Chambre d’Agriculture depuis 86 ans : «86 ans au service des hommes et des femmes du monde agricole pour assurer sa mission consultative et sa mission d’expertise et de conseil auprès des agriculteurs, des responsables administratifs et politiques du département».
Prévoir et non subirCette mission n’a jamais cessé d’évoluer pour s’adapter aux changements de notre société. Le préfet de l’Aisne a d’ailleurs souligné les nombreux défis qui jalonnent la route de la Chambre consulaire : production, PAC, solidarité, environnement,… «L’Etat vous remercie pour l’engagement et l’accompagnement de vos ressortissants», a affirmé Pierre Bayle. Olivier Dauger, le président de l’USAA, ne doute pas une seconde que l’Aisne a la capacité de relever les défis. Tout comme Monique De Vriendt, il est convaincu qu’il faut prévoir et non subir. Philippe Pinta, réélu à la présidence, a esquissé les grandes lignes des 6 années de travail qui débutent : «notre mission simple et noble est de nourrir les hommes. Dans un tel contexte, produire plus reste une nécessité, protéger nos ressources naturelles en produisant mieux tout en produisant plus est tout aussi nécessaire». 

Ne pas engager l’agriculture dans la décroissance
Pour atteindre cet équilibre, l’agriculture pourra s’appuyer sur les nouveaux débouchés comme la biomasse, la méthanisation ou la chimie verte. Mais en aucun cas, il n’est envisageable de sacrifier les productions agricoles : «nous sommes là pour améliorer la productivité de nos systèmes en productions animales et végétales. Rien n’est acquis et les autres régions du monde progressent. Je n’engagerai pas l’agriculture dans la décroissance». Pour le Président Pinta, une stratégie à long terme, offrant une réelle visibilité, est indispensable. «Nous avons besoin d’une stratégie de long terme et j’appelle de mes voeux que la future PAC nous permette d’allier efficacité économique et équilibre territorial». 

La Chambre d’agriculture accompagne les entreprises
Le ministre de l’agriculture parle d’agro-écologie. «Si c’est aller vers une agriculture plurielle tout en préservant une agriculture dynamique et compétitive, alors oui, nous relèverons le défi» a assuré Philippe Pinta. «Nous sommes là pour accompagner les entreprises, pour aider à rendre les directives plus pragmatiques, agronomiquement plus intelligentes en tenant compte de la diversité de nos situations.Je rappelle que dans l’Aisne, une exploitation sur deux a de l’élevage». Au-delà de l’économique, le président Pinta estime qu’il importe de prendre en considération le questionnement sur le métier d’éleveur, c’est-à-dire les conditions de travail et ses contraintes. «Il n’y aura pas de réponse unique pour tous, mais, par contre, des réflexions sont indispensables pour proposer différentes solutions» a-t’il expliqué, insistant sur l’importance de filières plus structurées.De son côté, Olivier Dauger a partage totalement le point de vue de Philippe Pinta. Il  a ajouté : «le verdissement de la PAC sera européen, chaque état doit être logé à la même enseigne, nous ne voulons pas de 27 politiques régionales». Si l’avenir de l’agriculture se discute à Bruxelles, il se joue également sur le terrain avec la formation et l’installation des jeunes, gage pérennité pour l’agriculture. Philippe Pinta fait de ces dossiers, deux des priorités de son nouveau mandat. «Nous allons regarder de près non seulement le nombre d’installations, leur accompagnement mais aussi pourquoi 40 % de celles-ci se font sans aide». Productions, environnement, installation… Les challenges ne manquent pas, en effet. La feuille de route est  désormais établie pour la nouvelle équipe. Chacun garde en tête la belle leçon de réalisme de la présidente de cette journée, Monique De Vriendt : «pour certains, l’agriculture serait un problème ; je pense pour ma part que l’agriculture est avant tout la meilleure et la seule solution pour faire face aux besoins alimentaires de bientôt 9 milliards d’êtres humains»
La nouvelle équipe
Président : Philippe PINTA, réélu avec 35voix et 1 bulletin blanc
1er Vice-Président Olivier DAUGER
2ème Vice-Président Henri BRICHART
Secrétaire général Robert BOITELLE
Secrétaire adjointe Marie-Michelle BERTHAUTSecrétaire adjoint Laurent CARDONSecrétaire adjoint Jean-François LANGLETSecrétaire adjoint Christophe LEMOINESecrétaire adjoint Philippe MEURSSecrétaire adjointe Maryline VUIBLET.
Président d’Honneur : Dominique GUILLEMOT
Membres élus : Joseph ALEXANDRE, Jocelyne BERTRAND, Charlotte BRAYER, Jean-Yves BRICOUT, Gaëtan CARPENTIER, Henri CARTON, Hugues DAZARD, Xavier de MASSARY, David DE RE, Monique DE VRIENDT, Carole DORE, Patrick FAGLIN, Xavier FERRY, Jean-Pierre FERY, Laure GRUSON, Camille HOCHE, Pierre KLEIN, Michel LAPOINTE, Maurice LECOCQ, Thierry LECOMTE, René LEMPIRE, Pascal LEQUEUX, Benoît LEVEQUE, Pierre  MACQUART, Bertrand MAGNIEN, Manuel MICHAUX, Antoine NIAY, Noelle PICHENOT, Véronique PIERCOURT, Isabelle PILTON, Michel PINCON, Jean-Marc POLETZ, Jacques QUAEYBEUR, Antoinette SAINTE-BEUVE, Thierry VAN SANTE.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui