L'Agriculteur de l'Aisne 02 décembre 2011 à 14h10 | Par Marianne Boutry

Avenir Conseil Élevage, la future coopérative Nord-Picardie spécialisée dans le conseil aux éleveurs

Point sur le rapprochement des organismes de conseil en élevage du Nord et de la Picardie avec Isabelle Holvoët, directrice des deux structures.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour Isabelle Holvoët, directrice de la future coopérative qui réunira ELC3 et Nord Conseil Élevage : «Les éleveurs sont au centre de nos préoccupations».
Pour Isabelle Holvoët, directrice de la future coopérative qui réunira ELC3 et Nord Conseil Élevage : «Les éleveurs sont au centre de nos préoccupations». - © L'agriculteur de l'aisne-syndicat agricole du Nord
Evolution des attentes des éleveurs, restructuration des élevages, augmentation de la taille des troupeaux et de la productivité, recherche de complémentarités ont poussé les responsables des Organismes de Contrôle Laitier à réfléchir à des évolutions communes. Ainsi depuis 2008, les coopératives ELC3 Picardie et Nord Conseil Élevage (ex-association de Contrôle Laitier du Nord) travaillent à leur rapprochement.

Vous travaillez depuis bientôt 4 ans au rapprochement des organismes de conseil en élevage du Nord et de la Picardie. Pouvez-vous nous expliquer l’esprit de la démarche engagée ?
Avant d’envisager notre rapprochement, nos conseils d’administration ont réfléchi avec un appui extérieur à la vocation et aux valeurs portées par nos 2 structures, ainsi qu’à leurs perspectives d’évolution. Il était essentiel de vérifier si nos projets respectifs étaient convergents, donc si nous étions compatibles et à même d’aller plus loin ensemble. Ce bilan préalable, complété d’un diagnostic et d’un plan d’évolution stratégique partagés, nous a décidés à engager le processus. Nous avons veillé à informer et prendre l’avis de nos éleveurs adhérents, car nos orientations les concernent au premier chef. Notre vocation est de conseiller les éleveurs, d’être à leur côté pour faire progresser leurs élevages et servir au mieux leurs intérêts. Les éleveurs sont au centre de notre dynamique de rapprochement. Cette fusion nous permet de leur proposer une offre de service améliorée. Les conseillers des 2 structures, qui travaillent désormais ensemble, en constatent déjà les avantages puisqu’ils mutualisent leurs compétences et leurs domaines d’expertise. Par exemple, un conseiller spécialisé bâtiment de la Somme peut apporter son expertise à son collègue impliqué dans la construction d’une nurserie dans les Flandres.

Sur les plans juridique et administratif, où en est la fusion ?
Notre rapprochement se construit pas à pas, et nous entrons clairement dans une phase de concrétisation.
Le territoire est maintenant organisé en 6 bassins de production : Flandres, Cambrésis, Avesnois-Thiérache, Ouest Somme, Ouest Oise et Centre Picardie. Le découpage ne suit pas les limites administratives des départements, mais forme des bassins homogènes. Les bassins Avesnois-Thiérache et Cambrésis, à cheval sur le Nord, l’Aisne et la Somme, en sont l’illustration.
L’équipe de direction et les conseillers travaillent déjà ensemble, tout comme les conseils d’administration. L’offre de services, dont le déploiement vient d’être lancé et qui démarrera début 2012, est commune aux 4 départements.
Après la transformation en juin dernier de l’association Nord Conseil Élevage en coopérative, il ne reste plus qu’une étape avant la fusion. Les éleveurs adhérents auront à en décider en février 2012, lors des assemblées générales extraordinaires d’ELC3 et de Nord Conseil Élevage qui proposeront la fusion en une coopérative unique qui prendra le nom d’Avenir Conseil Élevage.

Quelles sont les prochaines étapes pratiques ?
La priorité est de transformer l’élargissement du territoire en atout. Nous souhaitons favoriser l’émergence de véritables dynamiques locales d’élevage, basées sur l’installation de réseaux d’une dizaine d’éleveurs délégués dans chaque bassin de production. Ces relais professionnels seront chargés de faire le lien entre le terrain, le conseiller responsable du bassin et les 24 membres du Conseil d’administration.
Chaque bassin disposera d’un lieu de vie pour les conseillers et les agents de pesée, qui renforcera le rapprochement avec les éleveurs. Nous souhaitons qu’ils soient partagés avec d’autres organismes (ex : pour le bassin Avesnois-Thiérache, nous partagerons un bâtiment à La Capelle avec une antenne de la FDSEA de l’Aisne, de la Chambre d’agriculture, d’Aisne Comptagri et de la laiterie Laitnaa). Le siège de la coopérative sera lui, installé à Cambrai.
Par ailleurs, notre coopérative tient à renforcer les partenariats avec les autres acteurs de l’élevage, afin de développer les complémentarités au service des éleveurs. De nombreuses initiatives sont possibles et souhaitables à ce niveau.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1821 | mai 2018

Dernier numéro
N° 1821 | mai 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui