L'Agriculteur de l'Aisne 06 janvier 2011 à 17h05 | Par AA02

Banc d’essai moteur : pour des performances plein pot !

Le 14 janvier prochain, le banc d’essai diagnostic, à destination des tracteurs agricoles, sera présenté officiellement dans l’Aisne. Il complète le dispositif d’aide et de conseils proposé aux agriculteurs par la Maison de l’Agriculture de l’Aisne. Le poste « énergie » n’est en effet pas à prendre à la légère dans la bonne gestion de l’entreprise agricole. Un tracteur bien réglé, entretenu et utilisé à bon escient peut réduire considérablement les dépenses. Fabien Dauriac, conseiller à la Chambre d’agriculture, souligne l’intérêt de passer son tracteur au banc d’essai diagnostic.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Fabien Dauriac, Chambre d'agriculture de l'Aisne
Fabien Dauriac, Chambre d'agriculture de l'Aisne - © l'agriculteur de l'aisne

L’énergie est un poste de dépense à ne pas prendre à la légère ?
Surtout pas.  On pense bien entendu aux consommations les plus évidentes, celles liées aux énergies directes, de type électricité, gaz, fioul. Le coût est facile à quantifier, mais on pense rarement à modifier ses pratiques ou à optimiser ses installations pour en réduire l’impact. Il ne faut pas oublier pour autant  les énergies indirectes comme les engrais, les phytosanitaires. Le carburant pour les machines agricoles peut atteindre 40 % de l’énergie totale consommée en un an et jusqu’à 20 % des charges de mécanisation. Ce poids du poste carburant s’explique en partie par une mauvaise valorisation du carburant, une usure prématurée du moteur et une surconsommation. Passer son tracteur, quel que soit son âge, au banc d’essai diagnostic permet d’y voir plus clair sur trois points : comment réduire ma facture de gas-oil ? Vérifier les performances de mon tracteur, y compris s’il est neuf. Identifier d’éventuels disfonctionnements moteur.

Qui gère ce banc d’essai ?
Le banc d’essai diagnostic est un investissement réalisé par la Chambre Régionale de Picardie dans le cadre du Plan de Performance Énergétique. Il est opérationnel depuis cet automne. Il est utilisé dans les trois départements de Picardie. L’objectif est de diagnostiquer 300 tracteurs chaque année. 12.000 engins agricoles sont potentiellement concernés dans l’Aisne, et ce quel que soit l’âge de la mécanique.

Peut-on améliorer les performances énergétiques de son tracteur ?
La majorité des défauts sont détectables lors d’un passage au banc d’essai diagnostic. Comme son nom l’indique, cet appareil mesure les capacités de fonctionnement du moteur et fait le diagnostic de la mécanique. En passant son tracteur au banc d’essai, on connaît les plages de régimes économiques. Notre offre de conseil comprend un test gratuit pour chiffrer les économies potentielles, un diagnostic des charges de mécanisation, des formations spécifiques (en motorisation, transmission…) et le banc d’essai moteur.

L’optimisation du coût carburant se gère au quotidien ?
Il faut en fait placer la gestion de son matériel dans une approche globale. Outre le banc d’essai, l’agriculteur gagnera à maîtriser l’éco-conduite, à bien utiliser son tracteur et bien choisir son équipement. Il a aussi intérêt à optimiser ses déplacements, à organiser ses chantiers et à adapter ses itinéraires techniques, comme les profondeurs de labour. Le service Machinisme de la Chambre est là pour lui donner les bonnes informations.

Quelles sont les économies possibles en carburant ?
En se basant sur un niveau de consommation aux 100 heures de conduite, en conduite adaptée, on peut l’estimer de 10 à
20 %. On peut jouer aussi sur une bonne répartition des masses apportant une économie de 5 à 8 %. En travaillant les réglages pour bénéficier d’un matériel adapté et bien réglé, l’économie peut atteindre  8 %.  Il y a encore d’autres voies d’optimisation des performances et de la consommation, à l’image par exemple de la pression des pneus.

Les conseillers et techniciens de la Maison de l’agriculture peuvent aider dans son choix d’équipement ?
Tout à fait, il s’agit d’un conseil technique, gratuit, par téléphone, prodigué par l’ingénieur de la Chambre d’agriculture. L’objectif est d’accompagner l’agriculteur dans sa démarche d’achat de tracteur, en prenant en compte la bonne adaptation du matériel aux besoins de l’exploitation et les aspects financiers et techniques.

Quels types de défauts mécaniques sont détectables par le banc d’essai diagnostic ?
On peut citer notamment les injecteurs à tarer ou à remplacer, le trop fort débit de la pompe à injection, un manque de puissance du moteur ou encore une mauvaise combustion.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1837 | septembre 2018

Dernier numéro
N° 1837 | septembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui