L'Agriculteur de l'Aisne 20 mars 2012 à 10h12 | Par Agrapresse

Bassins viticoles - Vins de Bourgogne : production 2011 en hausse, commercialisation soutenue

La production de vins de Bourgogne 2011 est en hausse par rapport à celle de 2010 et la commercialisation, qui concerne les crus 2009 et 2010, est soutenue, indique-t-on du côté du négoce.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le vignoble bourguignon a donné naissance en 2011 une production en hausse : 1,5 million d’hectolitres (Mhl) , voire 1,55 Mhl, contre 1,4 Mhl en 2010, indique Pierre Gernelle, directeur de la Fédération des négociants-éleveurs de Grande Bourgogne. Après le temps ensoleillé du printemps, l’été pluvieux a donné des inquiétudes aux professionnels, mais le beau temps en septembre a permis aux grains de raisin de rattraper leur retard de maturité. La production de vins de Bourgogne 2011 se tient dans le haut de la fourchette de la moyenne des cinq dernières années, estimée à 1,48 Mhl. La plus abondante récolte de ces dernières années a été celle de 2009, avec 1,59 Mhl.

Les Américains et les Japonais toujours aussi enthousiastes
Parallèlement, la commercialisation se déroule à bon rythme. En 2011, l’exportation de vin de Bourgogne s’est accrue de 17% en valeur, d’après le directeur de la fédération des négociants. La seule destination de l’Amérique du Nord a enregistré une croissance de 34%, les États-Unis étant la première destination étrangère du vignoble bourguignon. Les professionnels saluent la forte progression des achats du Canada : +30% l’an dernier, soit 6% du marché de l’exportation.
L’autre zone de croissance est l’Asie : + 20% d’achats par le Japon, pourtant déjà troisième importateur de vin bourguignon et ébranlé par le séisme de Fukushima ; + 110% d’importations par Hong-Kong. 
L’exportation vers les pays européens a été mitigée : +37% vers la Suisse, +8% vers l’Allemagne, -10% vers le Bénélux et surtout -7% vers le Royaume-Uni, le deuxième marché à l’export pour le vignoble de Bourgogne. «Ce phénomène nous inquiète car en dehors des vins bourguignons, le Royaume-Uni a bien acheté au niveau national. Nous l’expliquons par la forte concurrence internationale sur les vins blancs. Les vins de Chablis en ont particulièrement pâti», selon Pierre Gernelle.

L’activité toujours soutenue
Le marché intérieur n’est pas en reste, même si la progression a été moins rapide sur ce marché stabilisé. Depuis 2003, les ventes à la grande distribution se sont accrues de 20%.
Jusque là, les ventes ont concerné le cru 2009. «Nous commençons à commercialiser le cru 2010». Le cru 2010 «est bien accueilli par les restaurateurs, la presse, les importateurs».
Et, qu’il s’agisse de l’export ou du marché intérieur, «nous ne voyons pas de fléchissement de l’activité».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1837 | septembre 2018

Dernier numéro
N° 1837 | septembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui