L'Agriculteur de l'Aisne 24 juin 2016 à 08h00 | Par Actuagri

Brexit : l'agriculture, un «enjeu géostratégique européen» selon la FNSEA

Abonnez-vous Réagir Imprimer

A l'heure où les britanniques ont décidé, à près de 52 % de votes, de quitter l'Union européen lors d'un referendum organisé le jeudi 23 juin, la FNSEA rappelle, dans un communiqué du vendredi 24 juin, l'importance que revêt le secteur agricole dans la construction européenne. «Avec ou sans les britanniques, nous devons consolider le projet européen autour d'une vision de long terme, et le secteur agricole, qui a été pendant longtemps un ciment européen, peut et doit être considéré comme un enjeu géostratégique européen», peut-on lire dans le message de l'organisation. De son côté, le Bureau de l'agriculture britannique (BAB), basé à Bruxelles, soutient, malgré tout, un discours optimiste. «Ce départ veut dire que nous avons deux ans devant nous pour définir les termes du retrait. Malgré les incertitudes qui se dessinent, nous avons désormais l'opportunité de créer nos propres politiques agricoles, commerciales, environnementales et vétérinaires», déclare le BAB. La FNSEA souligne au passage l'importance du Royaume-Uni dans le secteur agroalimentaire. «Le Royaune Uni est le 3ème client européen de la France avec une valeur commerciale de 5,5 milliards d'euros, et 6ème fournisseur de la France avec 2,5 Mrds EUR» précise le syndicat.

Brexit : le président de la FNSEA demande une réunion exceptionnelle

Dans une lettre adressée, le vendredi 24 juin, au président du Copa, Martin Merrild, le président de la FNSEA, Xavier Beulin, demande à ce que soit organiser «dans les meilleurs délais, une réunion exceptionnelle des Présidents de chacune de nos organisations représentées au Copa». Face au vote, jeudi dernier, en faveur du Brexit, Xavier Beulin appelle les paysans d’Europe à s’exprimer et à «refonder un projet agricole européen qui redonne du sens et de la confiance aux agriculteurs». La Politique agricole commune (PAC) connaît, selon lui, des dérives depuis une vingtaine d’années, devenant à ses yeux, «une politique réglementaire, tatillonne et contraignante, source de distorsions de concurrence entre paysans par un excès de subsidiarité». De leur côté, les chambres d'Agriculture (APCA) perçoivent cette annonce de départ du Royaume-Uni comme un véritable coup d'arrêt porté à la construction européenne, constituant «la plus mauvaise nouvelle pour l'Europe depuis la Seconde Guerre Mondiale». L’incertitude plane donc désormais sur les conséquences à venir de cette onde de choc. «Quelles conséquences pour la Politique agricole commune actuelle et post 2020 ?» pose ainsi la question l’APCA.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui