L'Agriculteur de l'Aisne 18 septembre 2015 à 08h00 | Par Actuagri

Climat: «L’agriculture fait partie de la solution»

Dans le cadre de la préparation de la COP 21 en décembre prochain à Paris, une conférence qui s’est tenue à Paris a montré que l’agriculture pouvait contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

«L’agriculture et les sols agricoles face aux défis du changement climatique et de la sécurité alimentaire : politiques publiques et pratiques» : c’était le thème de la conférence, organisée conjointement par le ministère français de l’Agriculture et l’OCDE, le 16 septembre à Paris. Cette journée, qui s’inscrit dans le cadre de la préparation de la Cop 21 sur le climat qui doit se tenir en décembre prochain à Paris, a réuni plus de 40 pays et organisations internationales, ainsi que des représentants des agriculteurs, de la recherche, du secteur privé et des ONG. Ensemble, ils ont exploré les politiques publiques et les pratiques agricoles permettant à l'agriculture et aux sols agricoles de répondre conjointement aux défis de la sécurité alimentaire, du maintien de la productivité agricole et de la sécurité alimentaire.

Premier sujet travaillé par cette assemblée, celui de la dégradation des sols. «Personne n’y échappe» a reconnu Martial Bernoux, agropédologue à l’Institut de recherche pour le développement (IRD). Il constate que cette dégradation «est multiforme, elle n’est pas la même d’un pays à l’autre. Elle peut se traduire par une perte de la biomasse, par de l’érosion, par une perte de salinité…». Mais les scientifiques ont du mal a quantifié ce phénomène : «les estimations vont de un milliard à six milliards d’hectares !». Une certitude, «en 150 ans, on a perdu 80 milliards de tonnes de carbone. Il faut stopper cette dégradation martèle le chercheur. Il faut arrêter de perdre du carbone». «Les sols font partis de la solution», conclut-il.SéquestrationLes intervenants ont ensuite examiné les pratiques qui permettent de limiter les émissions de gaz à effet de serres (GES), mais aussi qui permettent de stocker ces GES dans les sols. Semi direct, couvert végétal,… plusieurs exemples ont été présentés. Les politiques publiques doivent être réorientés en ce sens. «Il faut donner des incitations économiques pour aller vers des pratiques vertueuses. Il faut passer de ce qui est souhaitable à ce qui est possible», a exhorté Ana Iglesias professeur d’économie agricole à l’Université polytechnique de Madrid. La séquestration de carbones est en effet possible. C’est justement l’objet du programme «4 pour 1000», une initiative française. Ce programme a pour objectif d’améliorer les stocks de matière organique de 4 pour 1000 par an. «Cette augmentation permettrait de compenser l’ensemble des émissions des gaz à effet de serre de la planète», estime le ministère de l’Agriculture.

Politiques publiques insuffisantes

Mais, globalement, les politiques publiques ne sont pas à la hauteur des enjeux. «Ces politiques sont à la traine», estime Ken Ash, directeur des échanges et de l’agriculture à l’OCDE. «Il faut examiner les incitations politiques selon les nouvelles priorités», ajoute-t-il. Il explique que les 49 pays membres de l’OCDE, qui pèsent 88 % de la valeur ajoutée agricole mondiale, consacrent 450 milliards d’euros de soutien à l’agriculture. Un tiers de ces soutiens sont dirigés vers l’utilisation d’intrants. «Il est urgent de changer de politiques aujourd’hui» poursuit-il. Encore faut-il que les marchés suivent. Intervenant depuis la salle, Didier Marteau secrétaire général adjoint de APCA, en charge du dossier de l’environnement, rappelle qu’a force de diminuer les apports d’azote, «nous nous retrouvons avec un taux de protéines inférieur à la qualité requise et nous sortons du marché» ! «Les engrais font partie de la solution, mais ils font aussi partie du problème» reconnaît Juergen Voegele, directeur sénior des pratiques agricoles globales de la banque mondiale. Il déplore que les budgets de recherche et développement, aussi bien privé que public, soient si faibles dans le domaine des engrais. «On ne peut pas résoudre le problème du climat, si l’on ne parle pas d’agriculture. Car l’agriculture fait partie de la solution». «L’agriculture, et la forêt, peuvent être des éléments de stockage de carbone», confirme Stéphane le Foll qui est venu conclure cette journée. «Le stockage de carbone permet de stocker de la matière organique, donc de rendre les sols plus fertiles, ce qui doit permettre de développer la production agricole». Revenant sur le programme «4 pour 1000» il a annoncé qu’une conférence se tiendra à Paris, le 1er décembre, dans le cadre de la Cop 21. Elle devrait permettre de poser les bases de ce projet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS