L'Agriculteur de l'Aisne 14 février 2014 à 08h00 | Par Agrapresse

Commerce extérieur - Les produits agricoles bruts relèvent la balance commerciale française

Le déficit de la balance commerciale de la France se réduit en 2013, en partie grâce à l'export des produits agricoles bruts, notamment les céréales. Par contre, les achats de la France en produits agroalimentaires progressent plus que les ventes. Globalement, la réduction de la balance commerciale est essentiellement due à la baisse des coûts énergétiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © l'agriculteur de l'aisne

Les produits agricoles bruts tirent les échangent commerciaux et participent au redressement de la balance commerciale de la France en 2013, alors que les importations de produits agroalimentaires transformés ont progressé plus vite que les exportations. Le déficit total recule de 6 milliards d'euros pour atteindre 61,2 milliards soit une réduction de 17% par rapport à 2011, selon les chiffres du commerce extérieur, publiés vendredi 7 février. «Les exportations de céréales tirent la croissance, grâce notamment aux envois vers les pays du Maghreb et du Proche et Moyen-Orient», analyse le service statistique du ministère de l'Agriculture dans une note Agreste conjoncture publiée le 11 février. en tout, l'excédent des échanges agroalimentaires français atteint 11,6 milliards d'euros, en augmentation de 105 millions d'euros par rapport à 2012. L'excédent en produits agricoles bruts augmente à lui seul de 717 millions d'euros par rapport à 2012.

L'import de produits transformés augmente
À l'inverse des produits bruts, l'excédent en produits transformés diminue de 612 millions d'euros par rapport à 2012. Les importations progressent plus que les exportations pour toutes les grandes catégories de produits, à l'exception des huiles. Par exemple, les ventes de produits laitiers augmentent de 232 millions d'euros, du fait des envois vers la Chine, le Royaume-Uni et la Russie, alors que les achats croissent de 353 millions d'euros, notamment sous l'effet de la hausse des prix. De plus, les ventes de vins, qui tiraient la croissance des exportations les années précédentes, ne progressent plus.

- © l'agriculteur de l'aisne

Les céréales françaises s'exportent bien
Pour ce qui est des produits bruts, les exportations de blé tendre augmentent de 716 millions d'euros, grâce à la hausse des quantités vendues (+ 20 %) vers l'Algérie, le Royaume-Uni, la Syrie, l'Espagne et la Tunisie. La quantité d'orge augmente aussi, alors que la valeur des exportations de pommes de terre est en hausse grâce à des prix élevés. Mais les ventes de bovins vivants diminuent de 161 millions d'euros, du fait de l'arrêt des envois vers la Turquie et d'une baisse vers l'Italie. Les importations de produits bruts sont également en hausse, de 559 millions d'euros par rapport à l'année 2012 (+ 4,9 %). Les importations de colza (+ 264 millions d'euros) et de tournesol (+ 126 millions d'euros) augmentent très fortement, du fait de la hausse des quantités achetées. Les achats de fruits augmentent de 253 millions d'euros et ceux de légumes de 161 millions d'euros.

La baisse du prix du baril réduit la balance

«Ces résultats, en progression constante depuis 18 mois, démontrent la qualité des produits "made in France" et la vitalité des filières agroalimentaires, secteur qui a le plus contribué au redressement du déficit commercial de la France», se félicitent Stéphane Le Foll et Guillaume Garot. Mais c'est surtout la baisse de la facture énergétique, dans un contexte de baisse du prix du baril de pétrole et de stagnation de l'activité économique, qui permet cette réduction. La baisse des coûts de l'énergie est responsable de 60% de la diminution du déficit commercial. Mais l'import d'énergie représente toujours 83% du déficit commercial de la France. Pour la première fois, l'excédent avec les pays tiers est supérieur à celui avec l'Union européenne. Par ailleurs, les achats de machines industrielles et agricoles reprennent, en particulier depuis l'Allemagne et la Chine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1846 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 1846 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui