L'Agriculteur de l'Aisne 23 mars 2012 à 15h07 | Par Gaetane Trichet

Coopération - Jba, une coopérative de terrain

Les adhérents de la coopérative Jba (Jeunes bovins de l'Aisne) se sont retrouvés en assemblée générale à Samoussy le 16 mars dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thierry Bailly, président de Jba
Thierry Bailly, président de Jba - © l'agriculteur de l'aisne
Privilégier sa présence en élevage, maintenir et satisfaire ses clients abatteurs, éleveurs, exportateurs, exploiter son centre de tri fonctionnel et agréé à l’export, optimiser son service logistique et relancer l’engraissement sont autant de défis que se lance Jba pour 2012. C’est ce qu’a annoncé Pascal Pierre, son directeur, après avoir fait un point sur l’année écoulée. Une année qui est placée sous le signe d’un redémarrage de la collecte pour Jba. En effet, la collecte totale s’est élevée à 19 492 bovins contre 17 917 en 2010, soit une augmentation de 8,8 % en volume.
La production de viande bovine européenne est restée stable en 2011 alors qu’en France, elle a progressé de 4 %. Cette augmentation est due à la sécheresse du printemps, à une hausse de l’export vers la Turquie qui a boosté les sorties de jeunes bovins. La consommation en revanche, est en baisse dans le pays à 25,4 kg par habitant et reste tournée vers la viande hâchée. Pour 2012, les prévisions sont plutôt à la baisse en ce qui concerne la production qui devrait reculer de 5 %.
En cause la décapitalisation du cheptel allaitant et laitier en 2011 et une demande à l’export dynamique réduisant le disponible pour 2012. «Cette baisse induira une diminution des abattages de 4 % et de l’export vif de 1 %. Pour l’Europe, la baisse de production est chiffrée à 3 %. La consommation de viande en France ou dans l’Union européenne devrait se réduire de 2 %».

Légère reprise des cours de la viande
«Enfin un signe d’optimisme pour l’élevage avec la remontée des cours de la viande bovine» s’est félicité Thierry Bailly, président de Jba. «Une production mondiale en baisse conjuguée à une demande croissante des pays émergents confirme cette tension sur les marchés. L’élevage bovin a une place de choix en Europe grâce à sa diversité, sa qualité et sa sécurité sanitaire et alimentaire». Le président est confiant pour l’avenir. Face à l’augmentation de la population, grâce aux atouts de la région et au savoir-faire des éleveurs, l’Aisne a tout-à-fait un rôle à jouer en matière d’élevage. De plus, Thierry Bailly souhaite que Jba continue sa croissance dans la collecte des bovins du secteur. «Pour cela, il lui faut accompagner l’évolution des structures agricoles de plus en plus importantes, aussi bien en viande qu’en lait» expliquait-il.
«De nouvelles formes de métiers «éleveurs bovins» vont forcément apparaître comme la participation active à l’atelier par l’apport ou l’échange paille-fumier, l’apport de veaux ou de broutards, l’apport financier ou bâtiments…  Aussi, regrouper des synergies et des opportunités locales peut engendrer la réunion économique d’un atelier bovin» a-t-il poursuivi, incitant les éleveurs à relancer l’engraissement des broutards. «L’élevage de notre région doit être accompagné pour prendre le virage économique essentiel pour sa pérennité. Jba doit vivre cette mutation avec ses adhérents.
Son partenariat avec Cyalin, la Maison Soufflet et Cap-Vert mais aussi son relationnel fort avec les autres coopératives du département lui permettent d’affronter l’avenir avec optimisme pour les éleveurs. Son désir de croissance sur les marchés de collecte de bovins nécessitera des accompagnements spécifiques». Pour Thierry Bailly, Jba doit être une entreprise de terrain auprès de ses éleveurs. «Elle doit aussi écouter, accompagner et évoluer».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS