L'Agriculteur de l'Aisne 04 janvier 2011 à 17h18 | Par Gaëtane Trichet

Coopération - La cohérence d’un modèle économique alliant production agricole et transformation industrielle

Les adhérents de la section Champicarde de Champagne Céréales se sont réunis en assemblée générale le 10 décembre dernier à Sissonne autour de leur président François Gandon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
François Gandon
François Gandon - © l'agriculteur de l'aisne

191 731 tonnes. C’est la collecte 2009-2010 pour la section Champicarde, en augmentation de 4,2 % par rapport à l’an passé. «C’est une nouvelle récolte record pour la section Champicarde. Les rendements ont été globalement corrects, notamment en colza. La qualité était plutôt satisfaisante, excellente en calibrage» se sont félicités les responsables, regrettant cependant la déprime des prix des céréales sur cet exercice.
Pour la récolte 2010, 154 500 tonnes ont été collectées à ce jour et elle devrait se terminer en juin à 180 000 soit un retrait de 6 % par rapport à 2009. «Après deux années record, nous voyons un léger fléchissement de la collecte» ont-ils expliqué avant de détailler les investissements réalisés sur les différents silos de la région. Par ailleurs, les responsables ont insisté pour que chaque adhérent soit acteur de la coopérative en faisant remonter leurs besoins et leurs idées. «C’est grâce à l’engagement de chacun que notre coopérative pourra évoluer et affronter les défis qui nous attendent».

Champagne Céréales consolide ses acquis
Le Groupe a consolidé ses acquis en permettant à toutes les filiales industrielles de Siclaé de progresser, à la coopérative de dégager un résultat exceptionnel et à Desnagrain, sa filiale en Ukraine, de restaurer sa profitabilité.
L’exercice 2009-2010 s’est déroulé dans un contexte économique mondial difficile, marqué par les conséquences de la crise financière et économique, et des cours très faibles pour les matières premières agricoles. Champagne Céréales «L’entreprise de la terre», composée d’un pôle agricole et d’un pôle agro-industriel, Siclaé, dont les filiales opèrent sur les cinq continents, n’a pas été épargnée par cette situation difficile. Pour permettre aux adhérents de la coopérative de dégager le meilleur revenu et offrir aux clients du Groupe des solutions innovantes et performantes, les équipes de Champagne Céréales et de Siclaé ont oeuvré tout au long de l’année pour amortir les effets de cette dépression mondiale.
Pascal Prot, président de Champagne Céréales a expliqué que «les résultats du Groupe Champagne Céréales pour l’exercice 2009- 2010 traduisent une activité économique en développement dans un contexte mondial difficile, voire très difficile. Ces résultats ne sont pas issus d’un boom économique favorable aux affaires. C’est un signe fort de la robustesse de notre modèle, de la qualité des équipes et c’est pour moi l’exercice le plus abouti de notre histoire. Toutes nos activités affichent une grande homogénéité dans leurs performances et se projettent favorablement dans l’avenir. Un pôle agricole dynamique et compétent au service du revenu des agriculteurs adhérents, et un pôle industriel conquérant et créateur de valeur auprès de ses clients. Voilà en quelques mots résumé notre projet : construire un ensemble cohérent qui s’impose dans le temps». Dans ce contexte de crise économique, de prix des céréales faibles, et de volatilité forte des marchés, le groupe coopératif Champagne Céréales clôture l’exercice 2009 - 2010 en présentant des résultats très satisfaisants.

Le pôle agricole : redistribution record
«La récolte 2009 restera dans les annales de la coopérative. A périmètre égal, Champagne Céréales a battu son record de collecte qui datait de 1998. En effet, la collecte progresse de 12,57 % et atteint son plus haut niveau historique avec 2,762 millions de tonnes». L’euphorie de la moisson a néanmoins été ternie par la déprime des marchés agricoles, affichant des cours très faibles. Les équipes de Champagne Céréales ont tout mis en oeuvre pour proposer une offre compétitive aux adhérents de la coopérative, qui ont pu bénéficier de prix supérieurs à la moyenne régionale dans toutes les espèces.
Afin d’atténuer les difficultés de trésorerie des exploitations, le conseil d’administration de Champagne Céréales a décidé de procéder à une redistribution record de 10,5 millions d’euros aux adhérents de la coopérative. Une distribution rendue possible par un résultat net historiquement élevé de 44 millions d’euros, engendré par la cession à Siclaé des participations de la coopérative dans Chamtor et ARD. Par ailleurs, les participations de la coopérative en Ukraine ont été restructurées, ce qui permet d’enregistrer des profits dès cette année.

Le pôle industriel : SICLAE conforte sa position à l’international
L’événement majeur de l’exercice a été l’ouverture du capital de Siclaé aux adhérents et salariés des coopératives actionnaires et des filiales. 2 300  actionnaires individuels détiennent aujourd’hui 3,4 % de ce capital. Cette ouverture a marqué un nouveau départ pour le groupe de transformation industrielle. En effet, Siclaé, qui regroupe les activités de transformation industrielle du groupe Champagne Céréales, représente aujourd’hui un ensemble agro-industriel présent dans 23 pays, qui valorise les productions régionales et se développe à l’international. Il s’appuie sur 7 pôles d’activité dans les filières alimentaires, les bioénergies et la recherche et développement du végétal. «Dans un climat concurrentiel agressif, les filiales de Siclaé ont su dégager d’excellents résultats, tout en poursuivant un développement dynamique et en réalisant l’intégration et l’optimisation des sociétés acquises en 2008 - 2009».
L’exercice 2009-2010 a été contrasté : si les six premiers mois, jusqu’en décembre ont été en général favorables à l’activité de Siclaé avec des volumes et des marges bien orientés, le début de 2010 a vu resurgir un climat commercial et concurrentiel plus agressif, qui a entrainé une baisse des prix de vente. Le malt a, quant à lui, été victime d’une atonie de la demande et d’une forte pression sur les prix, tout au long des douze mois. Malgré cela, les filiales de Siclaé ont su gérer ces situations, en renforçant leurs actions dans le domaine de la flexibilité industrielle, de la réduction des coûts, de la relation commerciale et en développant de nouveaux services.
«Les résultats obtenus par Siclaé sont à la hauteur du travail accompli : doublement de la marge brute d’autofinancement à 109 millions d’euros, ainsi que du résultat qui passe de 12 à 25 millions d’euros. Et cela, tout en poursuivant un développement dynamique avec un niveau d’investissement élevé  à 140 millions d’euros, et en réalisant l’intégration et l’optimisation des nouvelles sociétés acquises en 2008 - 2009. Le chiffre d’affaires progresse de 9 %, à 1,638 milliard d’euros».
François Gandon, président du conseil de surveillance de Siclaé, a rappelé que «l’action Siclaé est un support d’épargne à long terme. Je regrette que l’environnement économique n’ait pas permis à davantage d’adhérents et de salariés de souscrire à l’augmentation du capital qui leur a été réservée. Je les incite à venir nous rejoindre pour bénéficier de la création de valeur de notre groupe de transformation qui a désormais les moyens de financer son développement et de rendre au monde agricole ce qu’il a reçu de sa part». En 8 mois, le rendement de l’action Siclaé est passé de 22 euros à 23,75 euros. «L’objectif affiché est de revaloriser l’action de 10 % par an».

Le FSI investit 50 millions d’euros dans Siclaé
En France, le FSI (fonds stratégique d’investissements) va injecter 50 millions d’euros dans Siclaé. Par cet investissement qui permettra de financer des acquisitions ciblées, et en s’impliquant dans la gouvernance du groupe, le FSI souhaite accompagner le projet industriel de Siclaé, fondé sur une stratégie de croissance externe, sur la consolidation des positions de marché sur les principaux métiers du groupe et sur l’innovation. Le FSI deviendra aux côtés des coopératives agricoles, de leurs adhérents et des salariés, un actionnaire significatif de Siclaé et sera représenté au Conseil de Surveillance de Siclaé. «L'entrée du FSI au capital de Siclaé confirme le bien-fondé des investissements industriels réalisés depuis de nombreuses années par les agriculteurs de notre région pour valoriser leurs productions végétales. Cet accord conforte également notre vision à long terme du développement de filières agro-industrielles performantes et créatrices de valeur. Après l’ouverture du capital de Siclaé aux agriculteurs et aux salariés, cet investissement du FSI est un encouragement important à poursuivre notre projet, afin d’atteindre les objectifs ambitieux que nous nous sommes fixés» ont expliqué François Gandon et Pascal Prot. «Cet accord avec le FSI est une marque de confiance, qui conforte la stratégie de notre groupe industriel. Siclaé est une entreprise jeune, qui a multiplié son chiffre d’affaires par trois depuis sa création en 2005. L’entrée du FSI va nous permettre de poursuivre ce développement et de réaliser, dans un cadre stratégique réfléchi, les grands projets qui sont à l'étude».

Siclaé en chiffres

Siclaé est né en 2005, de la volonté de 5 coopératives du Nord Est de la France (Champagne Céréales, Nouricia, EMC2, Champagne Coligny et Coopérative Agricole Sézanne) de réunir au sein d’une même structure leurs intérêts dans le domaine de la transformation des productions végétales et de construire et développer ainsi un groupe, de dimension internationale, fondé sur un ancrage régional et orienté sur les grandes cultures. Siclaé est donc un groupe d’entreprises agro-industrielles gérées dans une logique de filières et dotées pour la plupart de positions de leader. Le groupe, qui conserve une très forte implantation régionale dans le nord-est de la France, s’est développé rapidement à l’international et dispose aujourd’hui de 76 sites de production dans 17 pays.
Les pôles d’activité de Siclaé : Malteurop (malterie), Nutrixo (meunerie), Champagne Maïs (maïserie), Chamtor (amidonnerie/glucoserie), Nestal (nutrition animale), Ineos Champlor (valorisation du blé), ARD (recherche et développement), Soliance (des ingrédients cosmétiques naturels). Les actionnaires de Siclaé : Champagne Céréales (59,98 %), Nouricia (18,56 %), EMC2 (13,49 %), La Champagne à Coligny
(2,34 %), la Coopérative agricole de Sézanne (1,98 %), les adhérents
des coopératives, salariés et individuels (3,04 %), fonds de liquidité de Siclaé (0,6 %).
Chiffre d’affaires 2010 : 1,64 milliard d’euros (+ 9 % par rapport à 2009)
Résultat net part du groupe 2010 : 25,1 millions d’euros (+ 100 % par rapport à 2009)
Marge brute d’autofinancement 2010 : 109 millions (+ 99 % par rapport à 2009)
Excédent brut d’exploitation : 149 millions (+ 30 % par rapport à 2009)
Effectifs (à 100 %) : 6 248 salariés (+ 4 % par rapport à 2009)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1837 | septembre 2018

Dernier numéro
N° 1837 | septembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui