L'Agriculteur de l'Aisne 08 septembre 2011 à 10h57 | Par G. Trichet

Crise des fruits et légumes - Bruno Le Maire annonce 25 millions d’euros pour soulager les producteurs

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire a annoncé le 7 septembre un «plan d’action» de 25 millions d’euros d’aides pour les producteurs de fruits et légumes et des mesures européennes pour réguler les marchés.
Comme promis en août, le ministre de l’Agriculture a réuni autour de lui le 7 septembre les professionnels des fruits et légumes, en proie à une crise de mévente et de prix qui ne les rémunèrent plus. Il leur a annoncé un «plan d’action» de 25 M€, qui consiste en trois principaux points :
- des mesures d’urgence, à hauteur de 15 M€. Il pourra s’agir de prise en charge des intérêts des prêts ou de prise en charge de cotisations sociales. Sont principalement visés les producteurs dont le chiffre d’affaires en tomates, concombres et pêches-nectarines est au moins de 50% du chiffre de l’exploitation. La Mutualité sociale agricole mobilisera par ailleurs plus de 20 M€ pour accorder des échéanciers de paiement de cotisations.

Aide à la rénovation, au maintien… ou à la cessation
- Des mesures structurelles pour 10 M€. Il s’agit d’une part de mesures d’accompagnement aux investissements, avec une enveloppe d’un M€ pour rénover le verger de pêches-nectarines, pour que ces dernières correspondent mieux à ce qu’attend le consommateur, et d’un M€ pour moderniser les serres pour qu’elles réduisent leur consommation énergétique. Une enveloppe de 2 M€ sera consacrée à la formation des salariés agricoles. Il s’agit d’autre part, pour 4 M€, d’aides à la trésorerie des exploitations viables dont la rentabilité a chuté ces dernières années, et à la reconversion professionnelle en l’absence de redressement possible.

Volonté d’adapter le droit européen de la concurrence
Des mesures de régulation des marchés européens des fruits et légumes, comme cela été fait pour le secteur du lait, a commenté Bruno Le Maire : un dispositif de promotion des fruits et légumes auprès des consommateurs en cas de crise, un fonds de mutualisation européen pour stabiliser le revenu des producteurs, et une adaptation du droit européen de la concurrence pour que les producteurs puissent négocier leurs prix avec leurs acheteurs sans être taxés d’entente, comme c’est le cas actuellement. Le ministre a affirmé sa volonté de taxer les importations en provenance des pays non européens s’ils ne sont pas conformes aux prix d’entrée. «Ce n’est pas moi qui ai inventé ce système. Je veux simplement qu’il soit appliqué, pour compenser les surcoûts sociaux et environnementaux des producteurs européens», a-t-il déclaré.
Sur ces mesures européennes, la France et l’Espagne sont en phase et porteront ces propositions dans le courant du mois au Conseil des ministres de l’Agriculture à Bruxelles.
Enfin, le ministre «espère» trouver une solution pour exonérer d’un euro par heure travaillée les charges salariales des producteurs sur le travail salarié des permanents. Ce sera au Parlement de décider. 

Les producteurs reconnaissants mais désabusés
Les producteurs ont salué les avancées que représentent ces mesures, tout en notant qu’elles ne «suffiront pas», comme l’a déclaré le président de la FNSEA Xavier Beulin. Pour Bruno Dupont, président des producteurs de fruits, «c’est encore une rustine» par rapport aux centaines de millions de pertes chez les producteurs cette année. «Nous n’avions pas d’illusion quant aux mesures d’urgence, par contre c’est une bonne chose que de vouloir régler les problèmes de long terme», a commenté pour sa part Angélique Delahaye, présidente des producteurs de légumes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1821 | mai 2018

Dernier numéro
N° 1821 | mai 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui