L'Agriculteur de l'Aisne 17 avril 2014 à 08h00 | Par Actuagri

Daniel Prieur, Secrétaire Général Adjoint de la FNSEA - La Foll attitude !

Abonnez-vous Réagir Imprimer

À l’heure où les pros de la sécurité routière incitent fortement à réduire la vitesse sur les routes secondaires, Stéphane fait rouler les paysans dans le brouillard sur des routes de plus en plus étroites, dépourvues de signalisation. La PAC made in Le Foll devient difficilement compréhensible. Une chose est claire pour 2014 : le niveau des soutiens baissera pour quasiment tout le monde. De plus, les points de contrôle se renforcent sur la conditionnalité avec des grilles plus pénalisantes. L’objectif semble clair : serrer la vis et payer le moins possible.
La PAC 2014 que l’on dit de transition doit générer une attitude équivalente à celle du lait sur le feu. Car en débordant, le lait éteint le gaz. Si la pièce n’est pas aérée, l’asphyxie est probable !Pour 2015, les réjouissances sont à prévoir. J’ai peur que beaucoup de volubilité reste du domaine du porte-parole.Pour nous, en cette période de Pâques, pas besoin d’être des Saint-Thomas qui ne croient que ce qu’ils voient : une simple lecture du règlement communautaire rappelé par Dacian Ciolos sonne le glas de la redistribution pour tous. Celle-ci, prônée et annoncée comme un élan de justice, sera le cœur de l’injustice.
Pas étonnant pour nous, FNSEA, d’avoir dû essuyer tant de critiques d’un ministre qui se veut un pyromane pompier. Guy Béart l’avait dit avant nous : «le premier qui dit la vérité doit être exécuté !».
Que dire aussi de la partie de poker menteur sur la PMTVA. Combien de vaches ? Combien par vache ? Nous ne sommes pas au marché aux bestiaux. Peut-on sérieusement construire une filière si la réflexion s’arrête là ? Je rappelle à tous ceux qui comme Patachou ont la mémoire qui flanche que le maintien du budget de la PMTVA est permis par un ripage des DPU de Monsieur Tout le Monde qui compense la fin de la part française de ce budget.
Pour un ministre qui fait partie d’un gouvernement de combat, il me semble bien désarmé. De plus, pour un enfant de Bretagne où la terre et la mer sont intimement liées, il devrait revisiter la phrase de Sénèque qui dit qu’en navigation, il n’y a de vents favorables que pour qui connaît son port. Paraît-il qu’en politique aussi.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui