L'Agriculteur de l'Aisne 02 décembre 2011 à 14h15 | Par Gaetane Trichet

Diversification - 30 000 poules pondeuses de plein air à Juvincourt (Aisne)

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des bâtiments modernes peuvent accueillir 30 000 poules pour la production d’oeufs à destination de CDPO à Esternay.
Des bâtiments modernes peuvent accueillir 30 000 poules pour la production d’oeufs à destination de CDPO à Esternay. - © l'agriculteur de l'aisne
Laurent et Quentin Soudant, agriculteurs à Juvincourt, viennent d’investir dans un bâtiment qui accueille 30 000 poules pondeuses plein air. «Nous cherchions une diversification et une meilleure valorisation de la main-d’oeuvre. Après avoir réfléchi, nous avons choisi la production d’oeufs car le marché est porteur. De plus, la nouvelle PAC nous contraint à trouver d’autres sources de revenu. Et enfin, nous avions l’opportunité d’installer un nouveau bâtiment sur l’exploitation avec 12 ha attenant pour faire sortir les poules». Les oeufs seront valorisés chez CDPO, une entreprise située à Esternay dans la Marne. «C’est le plus grand centre de conditionnement d’oeufs en France» a expliqué Philippe Lapie, responsable développement lors des portes ouvertes organisées le 17 novembre dernier sur l’exploitation des Soudant à Juvincourt. «75 % des 2 à 3 millions d’oeufs traités chaque jour proviennent de Bretagne. Pour des questions économiques et environnementales, nous souhaitons développer des poulaillers autour de notre site. L’Aisne est donc bien placé pour les agriculteurs qui voudraient investir. D’ailleurs, une petite dizaine d’exploitants ont investi ou vont investir dans des poulaillers».

Des bâtiments ultramodernes
Un an, c’est le temps qu’il aura fallu pour la construction du bâtiment  ultramoderne de 132 m x 15,75 m et des installations intégrées comme les pondoirs, perchoirs, lignes d’alimentation et d’abreuvement intégrés…. Les poules sont choyées dans ce bâtiment tout automatisé. Les oeufs sont acheminés dans une pièce attenante sur des tapis.
Les fientes tombent au travers d’un caillebotis sur un tapis autonettoyant grâce au fond mobile. Les excréments sont retirés régulièrement, séchés et stockés dans un autre bâtiment. «Cette conception particulière permet aux animaux de se déplacer facilement. Les poules, dans un bon environnement, pondent plus d’oeufs de qualité supérieure et donnent des résultats élevés de production» estime Philippe Lapie.
Cependant, comme tout élevage, il faut être motivé car l’agriculteur doit passer tous les jours par le poulailler. «Se lancer dans ce type de production ne peut se concevoir tout seul» prévient-il.
Le premier lot de 30 000 poules est arrivé le 23 novembre et restera 11 mois à Juvincourt. Après un vide sanitaire de 30 jours, un deuxième lot fera son arrivée.  Ce délai pourrait même être réduit à 20 jours avec une qualité supérieure de nettoyage, ce qui permettait aux éleveurs de gagner 10 jours de ponte.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1837 | septembre 2018

Dernier numéro
N° 1837 | septembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui