L'Agriculteur de l'Aisne 22 mars 2012 à 15h46 | Par Actuagri

Elevage - Consommation d’eau : la viande bovine visée

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Après l’abattage halal, une nouvelle polémique frappe la viande bovine. Elle serait responsable d’un énorme gaspillage d’eau. Les chiffres fréquemment cités évoquent une consommation de 1500 litres d’eau pour un steak de 100 g, soit 15 000 litres pour un kilo de viande de bœuf. L’information a d’ailleurs été reprise par Yann Arthus-Bertrand, dans le film sur l’eau diffusé sur France 2, le 19 mars. Et le 22 mars, à l’occasion de la journée mondiale de l’eau un collectif anti-viande autodésigné «viande.info» a mis en scène sur l’esplanade des Droits de l’homme à Paris 1000 bouteilles d’eau à bouchon bleu dessinant les mots «1 steak».

Des chiffres qui relèvent de la caricature selon Interbev et le Syndicat national de l’industrie des viandes (Sniv-SNCP)
En effet, expliquent-ils, ils sont issus de la méthode Waterfootprint appliquée aux bovins qui comptabilise trois types d’eau. Il y a d’abord l’eau «bleue» qui représente 3 à 4 % des 1 500 litres évoqués. Il s’agit du volume d’eau douce capté dans les eaux de surface et les nappes phréatiques. Pour la filière bovine cela correspond principalement à l’eau d’abreuvement des animaux, l’eau d’irrigation des cultures fourragères et l’eau nécessaire à la transformation de la viande. L’Institut de l’élevage estime cette consommation à 20 l par steak de viande bovine. Le deuxième type d’eau est l’eau «grise» qui correspond au volume d’eau nécessaire pour diluer les polluants utilisés dans le processus industriel et maintenir la qualité de l’eau conforme à la réglementation. Elle représente 3 % des 1500 litres évoqués. Enfin il y a l’eau «verte» qui correspond au volume d’eau de pluie stockée dans le sol et qui est disponible pour la croissance des plantes et des prairies destinées à l’alimentation des troupeaux : elle représente 94 % des 1500 litres.Interbev et le Sniv-SNCP contestent fermement la comptabilisation de cette eau «verte» et son assimilation à de l’eau potable qui serait utilisée par l’élevage bovin. Si cet élevage disparaissait, les 2 millions d’ha de maïs fourrage et les 13 millions d’hectares de prairies seraient remplacés par des céréales, des friches ou des forêts, explique l’interprofession qui considère qu’ «il est inacceptable d’attribuer à la production de viande cette eau de pluie qui tombe naturellement sur les prairies et les surfaces fourragères». En mettant l’accent sur l’eau, la méthode retenue ignore le rôle écologique (biodiversité, régulation des crues…) que jouent en France les 13 millions d’hectares de prairies.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1841 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 1841 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui