L'Agriculteur de l'Aisne 02 février 2018 à 01h00 | Par Jean-Yves Bricout

Et ça continue encore et encore…

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Il existe une tendance qui fait fureur dans les milieux urbains depuis quelques temps : l’Agri bashing. Cette mode consiste à dénigrer, calomnier et salir notre métier. C’est très insultant et méprisant pour les femmes et les hommes qui se donnent sans compter pour pratiquer ce métier de passion. Après la séquence du glyphosate, certains médias s’appuyant sur des pseudo-experts ont trouvé un nouveau sujet concernant les inondations. «Les pratiques agricoles seraient responsables des crues observées partout en France, et surtout en Région Parisienne».

Tout d’abord, soyons clairs. Ce nouvel épisode de crue est une catastrophe pour ceux qui les subissent : particuliers, entreprises, collectivités. Les agriculteurs, ne l’oublions pas,  sont les premières victimes de ces inondations, car nous sommes en première ligne de front. Les conséquences en sont extrêmement lourdes, dans un contexte économique et humain déjà réellement compliqué. De là à ce que certains utilisent des raccourcis caricaturaux pour nous imputer la responsabilité de ces événements climatiques est scandaleux.

Observons en premier lieu que nous sommes face à une pluviométrie exceptionnelle depuis le mois de décembre : 280 mm de pluie cumulée soit le double d’une période normale. Ne faudrait-il pas chercher plutôt du côté de l’urbanisation galopante ? L’équivalent d’un département comme l’Aisne qui disparaît tous les 7 ans au profit du goudron et du béton accélère forcément le ruissellement. Le dogmatisme du ministère de l’environnement qui empêche les collectivités d’entretenir en bon père de famille les fossés, cours d’eau, amplifie le phénomène d’engorgement des réseaux d’écoulement.

Enfin, la quasi-impossibilité pour les agriculteurs de constituer des réserves d’eau pour irriguer l’été à partir des excès de pluviométrie hivernale nous met en colère, car cette solution pourrait être une réponse à ce problème.

En attendant, les polémiques continuent, encore et encore !

 

Jean-Yves Bricout, président de l'Union des syndicats agricoles de l'Aisne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1825 | juin 2018

Dernier numéro
N° 1825 | juin 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui