L'Agriculteur de l'Aisne 31 mai 2013 à 09h56 | Par Gaetane Trichet

Fermigoo.com - La boutique en ligne des produits fermiers français

Fermigoo est un site de vente en ligne qui propose des produits fermiers issus des terroirs français. Nous avons rencontré Tereza et Blaise Paccou, à l’origine de cet e-commerce. Reportage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avec un chiffre d’affaires avoisinant les 80 000 euros en constante progression, Tereza et Blaise sont ravis. Leur site enregistre 300 000 visites en moyenne par an. La boutique fermière plait et les amoureux du goût et de l’authenticité surfent sur fermigoo.com sans modération pour le plaisir des papilles.
Avec un chiffre d’affaires avoisinant les 80 000 euros en constante progression, Tereza et Blaise sont ravis. Leur site enregistre 300 000 visites en moyenne par an. La boutique fermière plait et les amoureux du goût et de l’authenticité surfent sur fermigoo.com sans modération pour le plaisir des papilles. - © l'agriculteur de l'aisne

Fermigoo, un nom explicite, donne l’eau à la bouche : le goût de la ferme... Derrière ce site où il fait bon «explorer, vivre, savourer», c’est toute une aventure qui se cache...
Après un BTS en productions animales et une licence en informatique, Blaise Paccou part travailler en Roumanie sur une exploitation grandes cultures à capitaux français. Il revient au pays dans un centre de conditionnement spécialisé dans les oeufs (label rouge et biologiques) en tant que technicien et responsable informatique. De son côté, Tereza, petite fille d’agriculteurs roumains à proximité  du Delta du Danube, suit des études de Master en management et création d’entreprise. Elle quitte son pays pour poursuivre ses études et travailler notamment dans les affaires internationales. Elle sillonne ainsi Malte, l’Italie... «Nous étions en ville, et nous voulions retrouver notre vie d’avant, à la campagne» assure le couple qui s’est rencontré en Roumanie.
Aussi, pour pouvoir revenir à plein temps à Prémont (près de Saint-Quentin dans l'Aisne) sur l’exploitation familiale avec son épouse, Blaise Paccou souhaitait développer une diversification qui reste agricole. Oui, mais laquelle ? Avec Tereza, ils s’aperçoivent qu’il existe un marché de produits fermiers mais que ces producteurs n’ont pas la logistique adaptée pour élargir leur cercle de vente au-delà de leur propre terroir. Après une étude de marché approfondie, l’idée de créer un seul et même site dans lequel les consommateurs trouveraient des produits de toute la France, se concrétise. «Nous avions déjà cette idée en 2005, et nous avons vraiment avancé sur notre projet en 2009 avec  un business plan, un référencement de produits type, la constitution d’un carnet d’adresses,...» explique Tereza. «Mais attention, nous ne voulions que du fermier, c’est-à-dire produits et fabriqués sur  des exploitations répondant à certains cahiers des charges. Nous misons sur la qualité et l’authenticité des produits». Le site a vu le jour en 2011 et l’idée originale a attiré plus d’un journaliste de la presse écrite comme de la presse télévisée. «Nous sommes allés sur le plateau de France 3 Picardie et France 2 a réalisé un reportage sur Fermigoo. Ce sont des supers souvenirs et cela nous a donné un bon coup de pouce».

Des produits originaux, traditionnels, goûteux,... mais toujours fermiers
Des produits originaux, traditionnels, goûteux,... mais toujours fermiers - © l'agriculteur de l'aisne

La qualité plutôt que la quantité
400 produits pour bientôt 65 producteurs français, dont une quinzaine en Picardie, sont en ligne sur Fermigoo.com. Avant de référencer un produit sur le site, Blaise et Tereza se rendent chez le producteur afin de mieux le connaître, d’échanger avec lui, de goûter son produit. «Nous organisons un itinéraire par région. Il faut que les produits soient bons, beaux, goûteux et fermiers» assure Blaise expliquant qu’en contrepartie, il parle des produits fermiers axonais et picards. «Nous découvrons des agriculteurs passionnés par leur métier, qui possèdent un savoir-faire que l’on veut également faire partager avec nos clients grâce à une fiche descriptive. Nous créons et mettons en ligne des vidéos des producteurs». Pour Tereza et Blaise, c’est bien clair : pas question d’une course aux produits. «Non, nous privilégions la qualité plutôt que la quantité». Et c’est bien le couple qui décide ou non de l’intérêt d’un produit. «Nous avons parfois été étonnés par des goûts, par l’originalité d’un sirop, mais on a toujours appris beaucoup au contact des autres. De plus, le fait que nous soyons nous-mêmes issus du milieu agricole instaure une confiance dans la prise de rendez-vous» confie Blaise. «Cela demande beaucoup d’énergie, mais c’est très plaisant» continue Tereza, soulignant que la quête de nouveaux producteurs n’est pas terminée. «Il  faut mouiller la chemise !» sourit Blaise.
Cidre, jus pétillant de rhubarbe, huiles, moutardes, lentillons, terrines, pâtes, fruits secs, confits sont autant de produits proposés sur le site. Si vous souhaitez de l’originalité, goûtez la mousse d’oursin, le sirop de Monarde (bergamote), ou encore la confiture d’églantine.

Parler d’agriculture au travers des produits fermiers
L’agriculture en général n’a pas toujours bénéficié d’une bonne image sauf peut-être les produits fermiers. «Dans notre gamme, nous avons des produits bio, des produits issus de l’agriculture raisonnée et conventionnelle. Il y a une notion philosophique d’exploitant de dire : tout n’est pas blanc, tout n’est pas noir. Vous savez, les consommateurs sont très loin de ce qu’ils mangent. Ils sont perdus entre toutes les certifications. C’est pourquoi nous profitons des rencontres pour rétablir des vérités, d’expliquer les différences... et ce, de façon très pédagogue». Et puis il faut savoir expliquer aux clients pourquoi certains produits sont indisponibles en fonction des saisons...

Un site, un magasin
Pour répondre à une demande locale, Tereza gère depuis cette année, un espace de vente à Prémont, 3 Ferme de la Maladrerie.  «Nos clients retrouvent ici, à la ferme, tous les produits qui sont en ligne. La vente directe est l’occasion pour nous d’échanger et d’enregistrer les attentes des consommateurs. C’est une partie très intéressante aussi de notre métier».
Fermigoo, pourquoi cette appellation ? «Nous voulions un nom simple, moderne, à consonance internationale mais compréhensible et qui traduise bien notre activité, la vente de produits fermiers de goût» explique Tereza.
Fermigoo.com, seul site français de vente de produits uniquement fermiers, est ludique et riche en contenu avec des fiches et des vidéos de présentation des producteurs. Il est facile d’accès, agréable, clair et... très appétissant.

Fermigoo s’adresse aussi aux professionnels
Il existe en réalité deux sites. http://www.fermigoo.com/, pour les particuliers et www.pro.fermigoo.com pour les professionnels. Les commandes partent en France pour la majorité, mais vont également aux USA, au Japon, en Roumanie, en Autriche... Les vidéos des producteurs sont d’ailleurs traduites en anglais. «Ce sont surtout des pays limitrophes» constate le couple. «Les particuliers étrangers qui commandent sur le site, sont des fins gourmets qui veulent retrouver un bout de la France car ils sont loin de chez eux. Et cela passe par les produits fermiers, leur typicité, leur goût et leur qualité que l’on trouve dans notre pays».
Etre réactif. C’est également un atout pour la société. Les particuliers sont livrés en 72 heures, et les professionnels entre 72 h et 2 semaines selon les quantités. Tereza gère aussi le stock de marchandises qui se trouve dans un bâtiment de l’exploitation aménagé tout spécialement. Les produits qui arrivent sont tous contrôlés avant leur mise en vente sur le site ou dans le point de vente à Prémont.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui