L'Agriculteur de l'Aisne 30 mai 2013 à 11h27 | Par Actuagri

Fonds d’investissement Labeliance agri - Un nouveau souffle pour les candidats à l’installation

Abonnez-vous Réagir Imprimer

«Accompagner le financement des meilleurs projets agricoles face aux défis de l’agriculture de demain». L’ambition est grande pour le fonds d’investissement Labeliance agri mis en place sur une idée de la Fédération nationale ovine (FNO). Les premiers bénéficiaires seront les candidats à l’installation. A la base, c’est la Fédération nationale des éleveurs ovins (FNO) qui a lancé l’idée du fonds d’investissement. Son président, Serge Préveraud, voulait «donner à l’élevage ovin les moyens pour affronter les marchés». Et la solution a été trouvée par l’ouverture de l’agriculture aux capitaux extérieurs pour l’élevage ovin dans un premier temps puis sera étendue aux autres productions. Une idée originale, présentée le 28 mai à Paris, qui a pour objectif d’aider l’installation des jeunes agriculteurs et la transmission des exploitations ; la modernisation et l’extension des projets agricoles ainsi que la diversification dans les énergies renouvelables. Pour la première année, l’objectif est de collecter 20 millions d’euros d’ici le 12 juillet 2013. Ensuite, une levée de fonds sera organisée tous les ans à hauteur de 50 millions d’euros.
- A qui profite le fonds ? Priorité donnée aux candidats à l’installation. Souvent, ils n’ont pas assez de capitaux propres pour obtenir un prêt des banques. En passant par le fonds de financement, ils obtiendraient ainsi des capitaux (avec 2 % de taux d’intérêt) qui leur permettraient d’emprunter et bénéficieraient d’un accompagnement technique et financier. Ils devront ensuite rembourser le fonds sur une période de 8 à 10 ans. Labeliance agri est aussi destiné aux exploitants souhaitant financer de nouveaux projets.
- Comment investir ? L’investissement de base est de 30 000 euros. L’investisseur bénéficie d’un fort abattement fiscal (abattement net réel estimé à 63,75 %) notamment pour les droits de donation, de succession et pour l’ISF. L’investissement est non plafonné en âge et en montant et se déroule sur une période de 8 à 10 ans. Le fonds est géré par Labeliance Invest.
- Comment en bénéficier ? Une interface entre les agriculteurs et les investisseurs a été créée : c’est le groupement d’utilisation de financements agricoles (Gufa). Le Gufa permet de présélectionner les projets par la compétences des candidats (formation, expérience, vision stratégique, etc.), la qualité du projet et l’objectif d’amélioration des performances dans le cadre d’une reprise ou d’un développement d’activité. Une fois le projet sélectionné, le Gufa -qui a pour vocation d’être géré par des agriculteurs- donnera des appuis financiers et techniques sur le dossier installation. A noter que le Gufa sera complémentaire du parcours à l’installation. Le volet «fonds propres» fera partie de l’examen des dossiers des porteurs de projet.
«Il faut simplifier les choses, on est là pour réussir», insiste Serge Préveraud. Le syndicat Jeunes Agriculteurs est d’ailleurs partie prenante du projet aux côtés de la FNO, des Safer et des chambres d’Agriculture. A ce jour, une trentaine de projets en production ovine ont été recensés.

Les fonds d’investissements ont la cote
Xavier Beulin, le président de la FNSEA, présent pour le lancement de Labeliance agri, rappelle que deux autres fonds d’investissement sont également en cours de création :
- Le fonds céréaliers/éleveurs qui a pour vocation d’aider les agriculteurs à faire face à l’envolée des coûts des matières premières et à moderniser leurs installations. Ce fonds devrait être doté de 100 millions d’euros grâce à une cotisation volontaire obligatoire (CVO). Pour l’instant, le principe de la CVO n’est pas encore acté car la cour de justice européenne doit se prononcer prochainement sur la légalité de la CVO.
- Le fonds d’investissement agro invest : ce fonds, qui atteint aujourd’hui 100 millions d’euros, a pour objectif de «doubler voire tripler» de taille. Pour la partie agroalimentaire, un appui de la banque publique d’investissement a été sollicité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1841 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 1841 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui