L'Agriculteur de l'Aisne 17 novembre 2017 à 08h00 | Par Actuagri

FranceAgriMer rehausse les stocks de blé tendre

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’activité export pays tiers est moins soutenue que prévue dans un contexte de concurrence internationale très forte.FranceAgriMer a actualisé le 16 novembre ses bilans prévisionnels pour la campagne commerciale céréalière 2017/2018. L’organisme public a notamment révisé à la baisse ses estimations d’exportation de blé tendre vers les pays tiers de 300 000 tonnes (t) à 9,9 millions de tonnes (Mt), ce qui n’est pas une surprise compte tenu de la concurrence exercée sur le marché mondial, non seulement par les blés d’origine mer Noire mais également par les blés américains et argentins. Sur la base des statistiques douanières des mois de juillet, d’août et septembre et d’estimations d’embarquements pour le mois d’octobre, les expéditions vers les pays tiers étaient pourtant en hausse de 12 % par rapport à l’an passé à la même date, emmenées par l’Algérie (65 % des ventes) suivie par l’Afrique Sub-saharienne (22 %).

Collecte en baisse

FranceAgriMer a également revu à la baisse ses prévisions de collecte de blé tendre en 2017 à 34,21 Mt (- 137 000 t en un mois). Sur le marché intérieur français, les utilisations sont maintenues au même niveau que le mois dernier, pour les secteurs de l’alimentation humaine comme pour les utilisations industrielles. Les ventes vers les autres pays de l’Union européenne (UE) ont été majorées de 50 000 t à 8,1 Mt. A noter que le débouché «farine», inchangé vers les pays tiers, est prévu en diminution en un mois de 30 000 t à 160 000 t vers l’UE. Au final, le stock de report en fin de campagne a été porté à 3,32 Mt (+145 000 t en un mois), au-dessus de la moyenne quinquennale (2,9 Mt). Pour le blé dur, FranceAgriMer prévoit désormais un stock de report de 297 000 t (+ 110 000 t en un mois). La collecte a été revue à la hausse de 10 000 t à 1,96 Mt. Les importations sont désormais prévues à 150 000 t (+ 50 000 t). Les exportations à destination de nos voisins européens ont été minorées de 100 000 t à 950 000 t alors que celles vers les pays tiers ont été majorées de 50 000 t à 400 000 t. L’utilisation de blé dur par les semouliers français est maintenue à 460 000 t.

Dynamique inversée

Pour l’orge, la dynamique s’est inversée après quatre mois de campagne : les expéditions sont dorénavant supérieures à celles de l’an passé (+11 %). L’Arabie Saoudite (x 4) et la Tunisie (+71 %) enregistrent une progression d’une campagne à l’autre mais «entre septembre et octobre, le rythme des expéditions accélère également vers la Chine et le Maroc», fait remarquer Olivia Le Lamer, responsable du service Grandes cultures de FranceAgriMer. En conséquence, les exportations vers les pays tiers sont maintenant projetées à 3,4 Mt (+ 100 000 t). Les prévisions d’utilisation par les fabricants du bétail français ont été abaissées en mois de 10 000 t à 1,2 Mt. Les ventes vers l’Union européenne pourraient atteindre 3,36 Mt (+65 000 t par rapport au mois dernier). On s’orienterait vers un stock de report d’orges présent sur le marché de 944 000 t (- 53 000 t en un mois), en dessous de la moyenne quinquennale (1,18 Mt). Alors que les récoltes sont désormais achevées, les prévisions de FranceAgriMer laissent entrevoir un stock de report de maïs de 2,7 Mt (+353 000 t en un mois), au-dessus du niveau moyen des cinq dernières campagnes (2,45 Mt). L’organisme public a en effet porté ses prévisions de collecte à 11,4 Mt (+ 305 000 t), chiffre qui pourrait encore évoluer à la hausse. Les estimations d’utilisation par les amidonniers sont maintenues 2,25 Mt tandis que les utilisations dans l’alimentation animale sont revalorisées de 100 000 t à 2,7 Mt et celles dans la semoulerie minorées de 30 000 t à 100 000 t. Enfin, les livraisons vers l’UE diminueraient en un mois de 60 000 t à 4,72 Mt alors que les exportations vers les pays tiers se stabiliseraient à 150 000 t.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1815 | avril 2018

Dernier numéro
N° 1815 | avril 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous