L'Agriculteur de l'Aisne 09 octobre 2017 à 08h00 | Par presse@paniquedanslassiette.com

Il faut cesser d'écouter tous ces prophètes de la peur

Le glyphosate au coeur des débats. Que faut-il en penser ? Gil Rivière-Wekstein donne son avis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le glyphosate fait l'objet d'une vive polémique médiatique. Faut-il en avoir peur ?

Aucun autre produit phytosanitaire n'a été autant étudié depuis 30 ans ; et les conclusions sont toujours positives. Le glyphosate est un herbicide non seulement très efficace mais aussi sans danger pour la santé. C'est ce qu'affirment les agences sanitaires françaises, européennes mais aussi danoises, américaines, japonaises, canadiennes et bien d'autres encore. En réalité, c'est même l'un des herbicides les moins toxiques mis à disposition des agriculteurs. Si on l'interdit, alors il faudrait interdire tous les herbicides. Le seul « problème » du glyphosate, c'est qu'il est fabriqué par Monsanto, le « grand Satan » américain. La polémique autour du glyphosate est un faux problème qui cache un combat idéologique, un combat contre une multinationale américaine et ce qu'elle représente.

Alors pourquoi ces campagnes médiatiques visant à l'interdiction du glyphosate ?

Des organisations militantes écologistes ont lancé depuis quelques années des campagnes médiatiques visant à semer le doute sur les conclusions des autorités sanitaires. Elles s'appuient sur un avis émis par le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) qui a classé en 2016 le glyphosate comme «cancérogène probable». Ce qui ne veut rien dire concernant son caractère dangereux. En effet, le CIRC a même classé la charcuterie comme produit cancérogène. C'est n'est pas pour autant que nous avons banni cet aliment de nos assiettes ! En réalité, cette méthode qui consiste à semer le doute chez le citoyen est un grand classique de la Fabrique de la peur, élaborée par des lobbies.

Comment fonctionne cette Fabrique de la Peur ?

La dernière enquête de Générations Futures sur le glyphosate dans les céréales du petit déjeuner en est l'exemple type. Derrière l'apparente rigueur scientifique (étude en laboratoire, chiffres, statistiques), les données n'ont en réalité aucune valeur : faible échantillon de produits (30 !), conclusions hâtives et erronées, aucune mise en perspective avec les données de référence des agences de santé, chiffres présentés de manière anxiogène (on parle de «milliers de microgrammes» de glyphosate dans nos céréales). Les media et les lecteurs ont littéralement été trompés, et beaucoup sont tombés dans le piège de Générations Futures. C'est très grave car on assiste aujourd'hui au développement de l'orthorexie, ce trouble du comportement lié à la peur de manger des aliments contaminés. Cela concerne des millions de Français. Aujourd'hui, de multiples composants de notre alimentation ou résidus de produits sont accusés de tous les maux. Regardez donc les rayons de votre supermarché ! On fait du «sans gluten», du «sans pesticide», du «sans OGM», du «sans additif», du «sans sel»... Et tous ces produits ont un point commun : ils sont vendus plus chers. Le « sans » est devenu un véritable business au chiffre d'affaire de plusieurs milliards d'euros. Il faut cesser d'écouter tous ces prophètes de la peur. Nous pouvons manger les yeux fermés, sans craintes. Et surtout, nous pouvons retrouver le plaisir de manger !

Retrouvez également la vidéo tirée de l’émission d’Eric Brunet diffusée récemment sur RMC

https://www.facebook.com/Agriculture.Environnement/videos/1678619762189564/

Gil Rivière-Wekstein, Gil Rivière-Wekstein, spécialiste des questions agricoles et environnementales, lance en 2003 Agriculture & Environnement (A&E), une revue mensuelle résolument polémique et engagée pour défendre une agriculture innovante et de progrès. Il est régulièrement sollicité par les media pour son analyse sur les enjeux agricoles et alimentaires. Son expertise sur les tendances agricoles, notamment le bio et l'agroalimentaire, est particulièrement appréciée. Il est l'auteur de Bio, fausses promesses et vrai marketing et plus récemment, de Panique dans l'assiette, ils se nourrissent de nos peurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1748 | novembre 2017

Dernier numéro
N° 1748 | novembre 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui