L'Agriculteur de l'Aisne 05 novembre 2013 à 08h00 | Par Actuagri

Installations (MSA) - 12 500 exploitants agricoles installés en 2012

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Depuis trois ans, le nombre d’installations en agriculture est stable. Pendant l’année 2012, 12 500 exploitants agricoles, tout âges confondus, se sont installés. La MSA dresse le portrait de ces nouveaux installés. Les moins de 40 ans, c'est-à-dire ceux qui sont éligibles au dispositif d’aide à l’installation ont été 8 100 à s’installer en 2012, soit une baisse de - 2,1 % par rapport à l’année précédente. A contrario, les plus de 40 ans progressent de 1,7 % après avoir connu une forte diminution. Selon la MSA, qui publie ses chiffres sur les installations le 4 novembre, cette évolution résulte de deux phénomènes : la diminution des transferts entre époux et l’augmentation (+ 6,4 %) des installations féminines hors transferts entre époux. En effet, les femmes représentent 30,1 % des effectifs en 2012. De plus, les installations faisant suite au départ des conjoints à la retraite concernent très majoritairement les femmes, 88,2 % en 2012, mais c’est tout de même dix points en dessous par rapport à 2002. Où s’installent ces nouveaux exploitants ? Traditionnellement, c’est sur la façade atlantique que les installations sont les plus dynamiques. Mais cette année, ces régions subissent une baisse, sauf pour les départements de la Vendée (+ 12,4 %), de la Charente-Maritime et des Landes.

Forme sociétaire et pluriactivités
En 2012, 57,1 % des jeunes ont choisi de s’établir en société, majoritairement en EARL ou GAEC. La superficie moyenne par installé est d’environ 33 hectares. Seul un quart des installés exploitent plus de 50 hectares et surtout, 50 % des jeunes installés (40 ans et moins) cultivent moins de 22 hectares. La majorité des installés (moins et plus de 40 ans) sont pluriactifs (30,8 %). La MSA note que «lorsqu’ils rentrent tardivement dans la profession, les installés hors transfert entre époux conservent une activité professionnelle extérieure pour se prémunir contre les éventuels risques liés à l’installation. Pour les installés les plus âgés et dont l’installation fait suite à la succession du conjoint, ils acquièrent ainsi des droits supplémentaires pour la retraite future». A ce propos, en 2012, 14 250 chefs d’exploitations ont cessé leur activité et ont fait valoir leur droit à la retraite, soit 24,2 % de moins qu’en 2011. 87, 4 % des départs ont été compensés par des installations. En effet, le taux de rotation (écart entre les sorties et les entrées au régime agricole) s’améliore nettement grâce au recul de l’âge de la retraite. Pour l’ensemble des installés, il atteint 81 % en 2012 contre 61,7 % en 2011. Bonne nouvelle, le taux de maintien sur cinq ans des installés est de 90 % pour l’élevage bovins, vaches laitières et polyculture élevage. Il est moindre pour les céréaliers (85,3 %) et les viticulteurs (75,8 %).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1815 | avril 2018

Dernier numéro
N° 1815 | avril 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS