L'Agriculteur de l'Aisne 31 mai 2011 à 10h57 | Par Thierry Michel

Interview - Luc Delmas

Abonnez-vous Réagir Imprimer

 

Caméra des champs (www.villesuryron.com), festival dédié aux films documentaires consacrés à la ruralité, vient de s’achever. Quelles étaient les grandes tendances ?
Globalement, cette année en 2011, nous avons reçu encore plus de films que par le passé. Cette augmentation est également constatée pour la longueur des films. Les traditionnelles 26 et 52 minutes ne sont plus forcément la règle. En échangeant avec les documentaristes, on s’est aperçu que le standard qui valait pour les réseaux classiques (de type télé) de diffusion, saturés, devaient faire parallèlement la place à de nouveaux réseaux de diffusion et de distribution : salles privées pour un public restreint, festivals, internet… A propos des thématiques en vogue cette année, on a reçu beaucoup d’œuvres sur ce qu’on pourrait appeler une deuxième vague de néo-ruralité : des ménages qui s’installent à 30-50 kilomètres des centres urbains. Le rapport entre l’homme et l’animal, les phénomènes migratoires, les utilisations des terres agricoles à des fins autres que l’alimentation humaine, étaient particulièrement représentés aussi. Autre tendance 2011 : le bio comme alternative au productivisme.

Un mot sur le palmarès 2011 ?
«Jon, face aux vents», de Corto Fajal, une réalisation franco-suédoise, a reçu le Grand prix du jury. «Le vieil homme, les paysans et le ventre du monde», de Maryline Trassard et Jean-Marc Neuville, a été consacré par le Prix du public et des habitants. Et enfin, «Dans la mer, il n’y a pas de caïmans...» de Laurent Cibien, Alain Guillon et Philippe Worms, a été distingué avec le Prix du jury lycéen. A noter aussi, le troisième Prix du jury reçu par le Vietnamien Lê Doan Hong pour «A qui appartient la terre ?».

Et pour 2012 ?
Deux grands chantiers sont ouverts : d’une part, l’internationalisation de la provenance des œuvres, d’autre part, la volonté de vouloir créer un réseau de festivals de documentaires consacrés à la ruralité. À cet égard, nous organiserons une journée d’études sur ce sujet en octobre. Il faut aussi noter que «Jon, face aux vents», sera distribué en salle à partir de septembre. C’est vrai aussi pour le lauréat de l’an passé «El puesto».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui