L'Agriculteur de l'Aisne 31 octobre 2011 à 14h28 | Par Actuagri

Jean-Bernard Bayard, vice-président de la FNSEA - «Les retraites agricoles doivent être alignées sur celles des autres professions»

Les agriculteurs ont droit au même traitement que les autres citoyens, estime Jean-Bernard Bayard qui soutient la pétition de la Section des anciens exploitants sur la problématique des retraites agricoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La FNSEA vient de lancer une pétition nationale pour demander une augmentation des retraites du monde agricole. Quelle est aujourd’hui la situation des retraités agricoles ?
Jean-Bernard Bayard : A l’approche des élections présidentielles, cette pétition lancée par la FNSEA et sa section des Anciens Exploitants entend rappeler aux différents candidats la situation de nos retraités coincés entre un pouvoir d’achat qui diminue et des charges que ne cessent de croître (transport, mutuelles). La faiblesse des retraites agricoles n’est pourtant pas une problématique nouvelle. Depuis 1997, nous avons obtenu des Gouvernements en place, de droite comme de gauche, divers plans de revalorisation des plus faibles retraites. Ce sont chaque année plusieurs dizaines de millions d’euros qui sont budgétés. Pour autant, le niveau des pensions reste extrêmement faible. Et il est inadmissible qu’une grande partie des retraités agricoles vivent en dessous du seuil de pauvreté (954 € par mois). N’oublions pas que la moyenne des pensions des retraités agricoles qui ont travaillé une carrière complète est de 680 € par mois !

Quelles sont selon vous les solutions pour améliorer les retraites agricoles ? Qu’attendez-vous des pouvoirs publics ?
JBB : Notre attente se situe à deux niveaux. Nous demandons une première mesure d’urgence : que les retraités actuels puissent bénéficier immédiatement des mêmes conditions d’accès aux minima que les assurés du régime général. C’est une mesure d’équité avec le régime général. Comment justifier que pour accéder à un niveau de pension minimal, le retraité agricole qui a travaillé une carrière complète doive avoir validé au moins 17,5 ans dans le régime agricole, alors même que le retraité du régime général n’a pas à remplir cette condition ? Supprimer cette condition, c’est permettre à de très nombreuses femmes qui ont des carrières courtes de bénéficier de vraies revalorisations de pensions. Les plafonds d’accès doivent par ailleurs être alignés. Aujourd’hui, le plafond de retraite mensuelle du régime général est 180 euros plus élevé que le notre. Dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale nous proposons une mesure dans ce sens. C’est un premier pas vers des retraites à 75 puis 85 % du Smic. Nous comptons sur les parlementaires pour répondre aux attentes des agriculteurs. Notre seconde proposition est structurelle. Nous attendons une réforme en profondeur du régime de retraite des agriculteurs afin que les pensions soient enfin calculées comme au régime général. Pour quelle raison la retraite d’un agriculteur n’est-elle pas calculée sur les 25 meilleures années ? Il n’y en a pas ! Et vous remarquerez que je reste raisonnable car je ne demande pas un alignement sur le régime de la fonction publique ou sur celui de certains régimes spéciaux pour lesquels la retraite est calculée sur les six derniers mois ! 

Que changerait un calcul des retraites sur les 25 meilleures années ?
JBB : La retraite d’un salarié, d’un artisan, d’un commerçant est calculée sur ses 25 meilleures années. Celle d’un agriculteur sur la totalité de sa carrière. Cela signifie que comptent aussi les années de crise. La retraite d’un agriculteur se retrouve automatiquement minorée. Je ne peux admettre cette différence ! Dans le cadre de la réforme des retraites, nous avons proposé de revenir sur cette situation. Le Gouvernement nous a renvoyé sur un rapport gouvernemental. Je veux être très clair, notre détermination est intacte pour aboutir à cette mesure d’équité. Il s’agira d’un message fort que nous porterons dans le débat de la campagne électorale qui s’ouvre. Les agriculteurs doivent être traités comme les autres assurés sociaux.

Face à cette revendication, la Confédération paysanne vous accuse de vouloir accroître les inégalités entre retraités. Que souhaitez-vous leur répondre ?
JBB : Je regrette profondément que cette prise de position s’appuie sur une analyse de la MSA datant de plus de cinq ans. Analyse que nous connaissons bien à la FNSEA puisque c’est nous qui étions à l’origine de cette demande. Cette étude constituait une première approche et ne comportait pas dans son champ d’analyse le fait qu’au régime général, comme au régime agricole il existe un minima de retraite permettant à tous les retraités ayant eu de faibles revenus, de bénéficier d’un montant minimum de pension. Incontestablement, en excluant cette pension minimale, la simulation démontre une baisse de la retraite… Toutefois, si la Confédération paysanne s’intéressait au fond du dossier, elle pourrait s’appuyer sur les études plus récentes de la Caisse centrale de MSA qui démontre qu’un passage au 25 meilleures années serait gagnant pour tous les agriculteurs ! Certains pensent qu’il est préférable de tirer vers le bas le niveau des pensions au nom d’une soi-disant égalité. Ce n’est pas notre conception. Notre volonté, est de tendre vers plus d’équité entre les agriculteurs et les autres citoyens. A l’heure où les revenus des agriculteurs fluctuent de plus en plus fortement, exclure les 15 plus mauvaises années du calcul de la retraite nous semble très cohérent et j’ai du mal à croire que certains soient opposés à une telle mesure.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui