L'Agriculteur de l'Aisne 10 octobre 2013 à 15h14 | Par Actuagri

Karen SERRES, Présidente de la Commission des Agricultrices de la FNSEA - 15 octobre, journée mondiale de la Femme rurale : Agricultrices, au combat

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Une journée internationale de plus ? Pourquoi s’intéresser aux femmes rurales en 2013 ? Le sujet n'est-il pas un peu désuet ? En 2012, la FAO estime qu'il y a au niveau mondial approximativement une personne sur huit souffrant de faim et de malnutrition dans le monde (env. 842 millions). Dans les pays qui souffrent de faim et de malnutrition, 80% de la nourriture produite est produite par les femmes. Les conditions de travail ainsi que la difficulté d’accès aux moyens de production -sol, semences, crédits, outillages et intrants– sont un handicap pour les Femmes rurales. De plus, les conseils sont, soit inaccessibles, soit défaillants. L’amélioration de leurs conditions de travail permettrait d'augmenter de 20 à 30 % la quantité de nourriture produite (source : FAO). Nous sommes donc au cœur d'une problématique vitale pour l'humanité. La FNSEA, en partenariat avec l’AFDI, a toujours été très impliquée dans les liens transfrontaliers avec les agricultrices dans les pays émergents. L'échange de savoirs et de modes de production entre paysannes au Nord comme au Sud permet de renforcer les capacités des unes et des autres. Est-ce à dire que les femmes rurales dans l'Hexagone n'ont pas de problème d'inégalités structurelles par rapport aux hommes ? Au lendemain de l'annonce par le Président de la République d'une majoration des premiers hectares qui exclurait les exploitants en EARL, la réponse est hélas non! L'ensemble des agricultrices d'Europe produisent en s'adaptant au contexte régional, tout en respectant une règle commune de politique agricole. La France avait fait le choix d’options particulières de plafonnement des indemnités compensatrices de handicaps naturels : un système qui pénalise les exploitantes en EARL. Aujourd'hui, avec la majoration annoncée, ce sera la «double peine» pour beaucoup d'agricultrices. Quel que soit l'endroit sur terre, les femmes rurales veulent pouvoir assumer pleinement leur rôle de productrices. D'ailleurs la prochaine fois que vous penserez à une agricultrice, ne pensez pas «femme de» ou «maman de» mais pensez plutôt «productrice de». Les Femmes rurales ambitionnent de pouvoir travailler dignement pour produire de la nourriture ; cette nourriture qui est vitale pour notre survie. Elles ont aussi un rôle fondamental dans les territoires ruraux, elles y maintiennent et entretiennent un tissu humain. Grâce aux Femmes rurales, les campagnes sont riches car elles les rendent vivantes et donc vivables.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1825 | juin 2018

Dernier numéro
N° 1825 | juin 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui