L'Agriculteur de l'Aisne 08 octobre 2010 à 10h45 | Par Cyrielle Delisle

L'analyse de terre : estimer le potentiel nutritif du sol

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Plusieurs intérêts sont attribuables à la réalisation d’analyses de terre. «A court terme, elles permettent de raisonner avec plus de pertinence la fertilisation des cultures et cela dans des conditions économiques acceptables. En effet, une analyse facilitera l’ajustement du plan de fertilisation de l’agriculteur en fonction des résultats obtenus sur le potentiel nutritif du sol. A plus long terme, des analyses régulières permettent le suivi et le maintien du potentiel de production des terres», explique François Servain, président du Gemas(1) (Groupement d’Etude Méthodologique pour les Analyses de Sols).

Pratiquer une analyse
La période de prélèvement a une incidence faible mais réelle sur certains résultats des analyses de terre, le pH ou le stock de carbone par exemple. Pour un suivi à long terme, il est donc conseillé de les réaliser toujours à la même époque et de préférence sur les mêmes cultures et dans les mêmes conditions. «Bien que la saison n’ait que peu d’influence, l’inter-culture est souvent considérée comme la période la plus propice pour effectuer le prélèvement. Mais, il est tout à fait possible de profiter du passage d’un préleveur lors d’un reliquat azoté pour faire réaliser son analyse de terre. Dans ce cas, il est conseillé de transmettre au laboratoire un prélèvement indépendant de celui pour le reliquat», précise François Servain.
Ensuite, pour réaliser le prélèvement, deux solutions s’offrent : le faire réaliser ou l’effectuer soi-même. Dans le second cas, l’agriculteur doit disposer d’une tarière et identifier une zone représentative. «Il n’existe pas de règle stricte pour choisir la zone à analyser. Par contre, il est important de ne pas mélanger des échantillons de terre qui ne se ressemblent pas. La zone doit être la plus homogène possible et représentative de la parcelle. Toutes les zones anormales, comme les bordures de champ, sont à éviter. Il faut effectuer suffisamment de prélèvements : au moins une quinzaine de carottages sur la zone retenue, à une profondeur équivalente à celle du labour», poursuit François Servain. De plus, il faut attendre deux à trois mois pour faire une analyse après un apport d’engrais et six mois après un apport d’amendement basique ou organique.
La terre ainsi recueillie dans un seau doit être mélangée, puis mise en sachet, 300 à 500 grammes suffisent. L’échantillon ainsi constitué, doit être identifié (nom de l’exploitant, nom de la parcelle, …) avant d’être amené au laboratoire sans impératif de rapidité.

Fréquence et interprétation
Pour effectuer un suivi sérieux, une analyse tous les cinq à six ans est nécessaire, notamment dans le cadre d’une conduite avec pour objectif, une diminution de l’utilisation des intrants. «L’analyse de terre, lorsqu’elle est utilisée régulièrement, devient un outil prédictif, qui permet d’estimer tôt les risques liés à la disponibilité des éléments fertilisants dans le sol. En ce qui concerne l’interprétation des résultats, il est préférable qu’elle soit basée sur des références régionalisées qui sont très solides. L’analyse de terre est aujourd’hui un outil très pertinent qui a fait ses preuves, même si la France est très en retard par rapport à certains autres pays européens», ajoute François Servain.
Le coût d’une analyse est assez variable et dépend des paramètres à analyser. Une analyse de base comprenant le calcaire, le pH, la matière organique, le phosphore, le potassium, le magnésium coûte environ 30 euros. La connaissance de la granulométrie et la détermination de la capacité d’échange cationique permettent d’affiner le raisonnement. Pour l’analyse de la CEC, il faut compter 10 euros de plus et pour la granulométrie, il faut compter 15 à 20 euros. Enfin, pour une analyse avec les oligo-éléments, il faut ajouter environ 15 euros. «Le coût d’une analyse à l’hectare et par an est en outre négligeable par rapport aux autres postes d’une exploitation», conclut François Servain.


(1) Le Gemas est une association qui regroupe une quarantaine de laboratoires français d’analyses de sols autour d’une charte qualité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1918 | avril 2019

Dernier numéro
N° 1918 | avril 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui