L'Agriculteur de l'Aisne 01 avril 2015 à 08h00 | Par G. Trichet

L’APCA incite la Commission à plus de rigueur

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Alors que les quotas laitiers instaurés en 1984 par l’Union européenne pour réguler le marché prennent fin le 31 mars, les chambres d’Agriculture saisissent l’occasion pour rappeler, dans un communiqué, les risques et opportunités de cette nouvelle étape. Saluant «l’opportunité pour les producteurs français de mieux se positionner sur les marchés» alliée à une croissance de la demande mondiale estimée à + 2 % par an à l’horizon 2050, l’APCA relève toutefois de nombreux risques, en particulier celui de surproduction généralisée qui pourrait conduire à un effondrement des prix. Face à cette situation, «les réponses apportées par la Commission (…) sont largement insuffisantes !», déplorent les chambres d’Agriculture en référence à la contractualisation, aux fonds de mutualisation, au stockage ou encore aux marchés à terme. «La plus grande rigueur doit être adoptée sur le suivi des marchés, des prix, les seuils de déclenchement d’une crise», ajoute l’APCA, dont les représentants incitent les autorités européennes à «proposer des solutions en adéquation avec les risques encourus et les pertes potentielles que pourraient subir les éleveurs laitiers».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS