L'Agriculteur de l'Aisne 17 février 2011 à 13h57 | Par Catherine Delvalle

L’identification électronique en élevage ovin se généralise dans la région

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Depuis le 1er juillet 2010, il est obligatoire d’identifier ses agneaux avec une boucle équipée d’un transpondeur. Ce transpondeur est encodé avec le numéro d’identification individuel.
Parallèlement, un programme de rebouclage est actuellement en place pour accompagner les éleveurs dans le remplacement d’une boucle conventionnelle par une boucle électronique pour les reproducteurs présents dans  leur troupeau.

Qui est concerné ?
Sont pour l’instant concernés par le rebouclage de  leur troupeau uniquement les détenteurs de plus de 50 reproducteurs.
Seuls les reproducteurs nés après le 1er juillet 2005, porteurs de deux boucles jaunes, sont concernés. La boucle conventionnelle de l’oreille gauche est coupée et elle est remplacée par une boucle électronique au même numéro, commandée préalablement au service identification.
Les éleveurs volontaires doivent se faire connaître auprès du service identification de leur département. Les chantiers de rebouclage ont désormais commencé dans l’Aisne. Ils seront subventionnés par l’Etat  jusqu’à l’obligation de détenir un cheptel identifié électroniquement en juillet 2013.

Quelles précautions prendre lors du rebouclage ?
L’utilisation d’une pince adaptée est recommandée pour la pose des boucles électroniques afin de ne pas détériorer le transpondeur.
La dépose et la pose de cette nouvelle boucle doit s’accompagner des mêmes règles de prévention sanitaire que lors du premier bouclage, à savoir désinfection de la boucle et/ou de l’oreille.


Quels autres changements à venir pour l’identification ?
Depuis le 1er janvier 2011, les numéros des reproducteurs nés après le 1er janvier 2010 doivent être notés sur le bordereau de circulation lors d’un mouvement d’animaux. N’oublions pas qu’une copie de ce bordereau doit être communiquée par papier ou par informatique au service Identification de la Chambre d’Agriculture pour une saisie dans une base de données nationale.

L’identification électronique : au-delà d’une contrainte, un atout pour la filière

Le principe de l’identification électronique est la communication par ondes radio entre un transpondeur et un lecteur. Elle permet de s’affranchir de la lecture visuelle de l’identifiant, de sécuriser et de faciliter les tâches.

Les équipements de lecture
L’équipement dans un matériel de lecture des boucles n’est pas obligatoire.
Il peut être envisagé pour un effectif supérieur à 200 brebis.
Il existe plusieurs stratégies d’équipement des élevages qui viseront en général à transmettre des informations vers un logiciel de gestion de troupeau :
- Le lecteur mobile, permet la lecture et le stockage  de numéros  d’identification. Il peut communiquer par liaison bluetooth avec un Pocket,
- Le lecteur «tout en un» Psion : le lecteur et le Pocket sont assemblés dans un seul appareil. Les informations associées aux numéros d’identification sont immédiatement consultables sur un logiciel de gestion de troupeau installé sur le lecteur,
- Un lecteur fixe positionné dans un couloir de contention qui communique avec un Pocket.
En fonction du type d’équipement, le coût d’investissement varie de 500 à 1000 euros.

L’utilisation d’un logiciel de gestion de troupeau
L’utilisation de logiciel de gestion de troupeau s’est généralisée dans la région. Ces outils ont plusieurs intérêts :
- Tenir un inventaire et réaliser ses obligations réglementaires (notification de mouvement d’animaux, carnet agnelage)
- Réaliser des enregistrements d’événements : carnet agnelage, carnet sanitaire, sorties d’animaux,
- Suivre la carrière et les performances de ses animaux,
- Trier rapidement les animaux en fonction de critères de performances ou d’âge,…
Le lien direct entre identification électronique et logiciel de gestion de troupeau permet un gain de temps et une fiabilité des données. L’éleveur peut saisir directement ses agnelages en bergerie, réaliser des tris d’animaux à partir d’observations (à réformer par exemple) et de performances.
La connaissance de l’inventaire et des performances du cheptel est renforcée.

Intérêt de l’identification électronique pour la filière
Les identifiants électroniques sont également utilisés dans les abattoirs et les centres de rassemblement afin de faciliter la traçabilité animale.
Les opérateurs commerciaux peuvent également être équipés de lecteur de boucles électroniques lors du départ des animaux en ferme.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1906 | février 2019

Dernier numéro
N° 1906 | février 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui