L'Agriculteur de l'Aisne 20 octobre 2011 à 15h49 | Par Gaetane Trichet

La convention de déneigement par les agriculteurs est signée

Philippe Pinta, président de la Chambre d’agriculture, Olivier Dauger, président de l’Union des syndicats agricoles et Yves Daudigny, président du Conseil général ont signé le 7 octobre à Laon, la convention relative à l’intervention des agriculteurs pour le déneigement en cas d’événement exceptionnel.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Olivier Dauger, Philippe Pinta, Yves Daudigny, ont signé la convention en présence de Paul Girod, président des maires de l'Aisne.
De gauche à droite : Olivier Dauger, Philippe Pinta, Yves Daudigny, ont signé la convention en présence de Paul Girod, président des maires de l'Aisne. - © l'agriculteur de l'aisne
Personne n’a oublié l’épisode neigeux de la fin 2010 et ses conséquences sur la circulation. A l’époque, «plus de 500 agriculteurs sont intervenus spontanément sur le terrain permettant de limiter des blocages de véhicules et de camions, et d’éviter des drames. Sans oublier que plus les routes sont déneigées tôt, moins elles s’abîment» a expliqué Olivier Dauger. Cette solidarité agricole a amené les élus à réfléchir à une convention permettant de cadrer les choses.
De plus, l’Aisne est le 2ème département français en nombre de communes reliées par de nombreuses routes secondaires, une voirie d’environ 5000 km à entretenir. Aussi, les services de la DDE ne peuvent assurer, en cas d’intempéries exceptionnelles, le déneigement de ces axes. C’est à ce niveau que les agriculteurs peuvent intervenir et régler de nombreux problèmes pour les habitants. «Ce rôle qui a été rempli par les agriculteurs, a souvent été indispensable voire vital pour permettre de garder le contact entre les villages, les villes. On a aussi l’illustration de ce que représente la force du monde agricole dans l’Aisne, à travers le dynamisme de ces structures que sont la Chambre d’agriculture et l’USAA et le caractère audacieux et l’ingéniosité qui est la vôtre dans les domaines qui vous concernent» a renchéri Yves Daudigny, se félicitant d’un partenariat historique entre la profession et le Conseil Général. «C’est un plaisir pour moi de marquer une étape supplémentaire à travers cette convention» a-t-il ajouté, soulignant également le travail des maires dans les communes.
Etre réglo. Avec les assurances, avec le code de la route, avec les réglementations de la loi de modernisation agricole de juillet 2010. C’est bien ce que souhaitent les 500 agriculteurs répartis sur tout le département et prêts à entrer en action. En clair, aider son prochain sans être pénalisé.

Agir vite et bien
Cette convention contient 5 points principaux : le premier met en avant une nouvelle structuration du réseau routier, hiérarchisant les axes qui sont à dégager en priorité avec un schéma de désenclavement des communes pour éviter les isolements des habitants. Le deuxième mentionne une gestion commune et stratégique des stocks de sels à l’échelle du département (une réserve de 5000 tonnes a d’ores et déjà été constituée). Le troisième point  aborde les outils de communication qui vont être mis en place pour diffuser en temps réel, le plus largement possible les informations sur l’état des routes. «Ces infos routières seront sur le site du Conseil général, il y aura la mise en place d’un réseau radio numérique pour les véhicules d’intervention et un système d’envois automatiques de SMS aux conseillers généraux pour qu’ils soient en mesure de renseigner les maires» a détaillé Yves Daudigny. Les véhicules seront équipés de géo-localisation pour suivre de manière précise l’état de traitement des circuits. Et pour renforcer la sécurité des conducteurs, les véhicules seront équipés entre autres, de chaines automatiques pour sécuriser les interventions dans les conditions les plus extrêmes, selon le 4ème point. Enfin, le cinquième volet propose de structurer la participation des agriculteurs aux opérations de déneigement quand les conditions météo sont extrêmes et lorsque le département, par ses propres services et ses premières interventions, est dans l’incapacité seul, de faire face. «Cette convention pour nous Conseil général, a bien pour objet de concentrer nos moyens en couvrant les grands axes et ne pas délaisser les petites des communes qui seront alors gérées par les agriculteurs. C’est bien la complémentarité qui va jouer pour fournir à l’ensemble des habitants du département  le plus de sécurité possible dans les meilleures conditions possibles».
Pour la trentaine d’agriculteurs qui font déjà partie d’une convention particulière de soutien aux services de l’Etat, cette nouvelle convention ne devrait rien changer dans leurs attributions a-t-il été précisé.
Grâce à cette nouvelle convention, les agriculteurs pourront aider à titre exceptionnel, les services de la voirie en cas d’épisode neigeux.
Grâce à cette nouvelle convention, les agriculteurs pourront aider à titre exceptionnel, les services de la voirie en cas d’épisode neigeux. - © l'agriculteur de l'aisne
L’organisation sur le terrain
Comment cela va-t-il s’organiser ? La Maison de l’agriculture va sensibiliser les agriculteurs qui sont prêts à s’impliquer et va continuer à recenser ceux qui souhaitent participer aux opérations de déneigement en cas de besoin. Ensuite, c’est bien le Conseil général qui sera le donneur d’ordres, à savoir quand et où intervenir. Une fois le service rendu, l’agriculteur informera l’unité départementale de son secteur et après un contrôle, il sera indemnisé par le Conseil général selon un barème mis en place et dont les prix oscillent entre une trentaine et une soixante d’euros en fonction du type de matériel et du coût de la main-d’oeuvre. «Le Conseil Général a tout de suite été partant pour la convention et a proposé l’indemnisation des agriculteurs. Alors même que ceux qui ont sortis les engins l’an passé l’ont fait bénévolement, sans demander quoique ce soit en retour» a relevé Philippe Pinta.
Attention, le remorquage des véhicules ne fait pas partie des missions confiées aux agriculteurs, ceci pour des raisons d’assurances. S’ils le font, ils devront faire signer une décharge par le conducteur avant de le dépanner.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1846 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 1846 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui