L'Agriculteur de l'Aisne 17 mai 2010 à 13h46 | Par Gaetane Trichet

La coopérative LAITNAA poursuit son développement

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Après être largement revenu sur l’année passée, sur la crise laitière et sur l’accord signé par la FNPL, «un accord qui au bilan, a permis d’éviter le pire et surtout de garder le dialogue dans une filière en crise», Jacques Quaeybeur, vice-président de LAITNAA, a détaillé les activités de la coopérative en 2009. La collecte s’est déroulée normalement au cours de 2009. Le deuxième exercice de la coopérative a permis de parfaire le système afin de trouver la meilleure organisation tant sur le suivi des transporteurs que sur les lieux de dépotage des clients. Concernant l’activité froid, 11 tanks inutiles ou en mauvais état ont été cédés et 5 tanks neufs ont été achetés, portant ainsi le parc à 523, contre 529 en 2008. En ce qui concerne la branche agrofourniture, l’année 2009 fut caractérisée par la poursuite de la distribution en hygiène de traite et petite nutrition. Sur ces activités, le chiffre d’affaires s’est maintenu malgré une réduction générale des intrants dans les exploitations due à la crise laitière. En 2009, LAITNAA est entrée dans l’union de coopératives Cap’Vert pour la partie alimentation du bétail. Aux cotés de d’autres coopératives (Cerena, Cohesis, AXion, Jba et Coop’alliance), LAITNAA a désormais la possibilité de fournir une large gamme qui va des aliments simples aux aliments composés en passant par la poudre de lait et les minéraux. «Globalement la moitié des adhérents de LAITNAA font appel au service agrofournitures. Nous fournissons à 100 % l’hygiène de traite chez 75 coopérateurs».

 

La qualité du lait est primordiale

La qualité du lait reste au coeur des préoccupations du conseil d’administration de LAITNAA. «Après une progression constante du début des années 2000, la filière constate une dégradation depuis 2007-2008. La vague FCO et un manque de production sur les 2 dernières campagnes peuvent en être en partie responsables, notamment par rapport à la qualité cellulaire. La démotivation des producteurs suite à la conjoncture défavorable n’est certainement pas étrangère à cette situation» remarquait le vice-président, rappelant que la qualité est un critère de bonne valorisation de la production. «Faut-il rappeler que la qualité est un élément de constitution du prix du lait individuellement. Collectivement LAITNAA doit en faire une priorité afin de garder une bonne image vis-à-vis de nos partenaires clients».

Déployer le ramassage 6 traites

Un des dossiers importants de la coopérative est sans nul doute celui de la dérogation de ramassage en 6 traites qui, après de nombreuses démarches, est aujourd’hui agréé sur le plan réglementaire. La coopérative être prête à déployer ce système. Le conseil d’administration doit se positionner très prochainement en pesant les enjeux techniques et financiers pour la coopérative, pour ses adhérents et pour ses débouchés.

Produire du lait toute l’année

Les transformateurs ont besoin de lait sur l’année. Aussi, il est important pour les éleveurs de trouver des solutions pour désaisonnaliser la production. En effet, lors de la pleine saison, le lait, en abondance, est moins bien valorisé et les litrages excédentaires vendus sur le marché libre (non contractuel) sont écoulés à des prix frisant la valorisation beurre poudre. Pour les responsables de LAITNAA, la production de lait doit être repensée techniquement dans la mesure du possible (voir texte ci-dessous à gauche).

«C’est l’un des enjeux de demain» a expliqué Jacques Quaeybeur. «Au niveau des débouchés, un nouveau type de contrat pourrait voir le jour. Il concerne la livraison de lait à l’industriel selon son besoin qui est relativement linéaire sur l’année».

Au niveau de la production, le système des quotas d’ici 2015 va disparaître. Quelle pourra donc être la production attendue après cette évolution historique pour les producteurs ? «Cette question nous fait toucher avant l’heure le débat sur la contractualisation car si nous la vivons déjà avec nos débouchés, nous allons la vivre pour nos capacités de production» ajoutait Jacques Quaeybeur, insistant sur le fait que la répartition du volume sur l’année aura beaucoup d’incidences sur la valorisation du lait.

Et demain ?

Des évolutions dans le monde laitier, il y en aura encore. A l’heure actuelle, les responsables sont satisfaits des choix qu’ils ont faits lors de la mise en place de LAITNAA. «Ces choix visionnaires répondent à deux enjeux : fournir plusieurs transformateurs avec différentes valorisations et assurer un débouché et un prix moyen au producteur qui tienne compte de ces différentes valorisations». Les responsables souhaitent continuer leur politique dans ce sens en comptant sur leurs adhérents. «Votre coopérative sera forte si elle peut s’appuyer sur ses adhérents afin d’améliorer la valorisation de leur lait. Pour cela nous devrons faire tous les efforts sur l’accès et la propreté des lieux de production, faire tous les efforts pour produire quotidiennement un lait de qualité, faire tous les efforts pour produire la bonne quantité au bon moment».

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1937 | septembre 2019

Dernier numéro
N° 1937 | septembre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui