L'Agriculteur de l'Aisne 11 mai 2020 à 13h00 | Par Actuagri

La filière pommes de terre transformées demande un soutien évalué à 35 millions d’euros

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La filière de transformation des pommes de terre traverse «la plus grave crise de son histoire» s’alarme son interprofession (GIPT). La crise a débuté dès le 14 mars avec la fermeture des restaurants et l’arrêt des évènements rassemblant du public. Les ventes ont chuté de plus de 90 % pour les secteurs de la restauration rapide et hors domicile dès le 16 mars. Selon le GIPT, le surplus de pommes de terre issu de la récolte 2019 est estimé à 450 000 tonnes en France. A la veille de la récolte 2020, la filière se trouve ainsi face à un problème de stockage sans précédent. La récolte 2019 «ne pourra rester en stockage auprès de 3 000 agriculteurs encore longtemps en raison des risques encourus sur la qualité des conditions de stockage et des coûts additionnels», prévient l’interprofession. Sans solution viable, elle redoute «de voir se multiplier les dépôts "sauvages" de pommes de terre, une pratique contraire aux règles sanitaires et au respect des normes environnementales» avec, qui plus est, le risque de développement de maladies fongiques et parasitaires. Certaines alternatives de valorisation des stocks ont été identifiées (alimentation du bétail, méthanisation, dons, filière amidon, etc.), et présentées aux pouvoirs publics français et européens. Mais, elles ne pourront être mises en œuvre sans un soutien financier public, évalué «à 35 millions d’euros maximum», pour le retrait de ces volumes. Un montant à comparer à la perte sèche de valeur liée à l’absence de vente et supportée par la filière évaluée à 200 millions d’euros par le GIPT. «Jusqu'à présent, les industriels de la filière transformation supportent la majorité des pertes et achètent les stocks de pommes de terre sous contrat. Sans soutien public rapide, un blocage complet est attendu à court terme avec des effets dominos sur 3 000 producteurs pouvant entraîner une déstabilisation de tous les marchés de la pomme de terre pour la fin 2019 et 2020», avertit Christian Vanderheyden, président du GIPT.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°2022 | mai 2020

Dernier numéro
N° 2022 | mai 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui