L'Agriculteur de l'Aisne 29 février 2016 à 08h00 | Par Actuagri

La FNSEA appelle l’Europe à mettre en place un plan d’urgence

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Après plusieurs mois de lutte syndicale, la FNSEA a obtenu du Gouvernement des mesures structurelles pour aider les agriculteurs à sortir de la crise. Son président Xavier Beulin attend à présent des mesures fortes au niveau européen, indispensables selon lui pour sortir durablement de l’ornière.

Alors que le Commissaire européen à l’Agriculture Phil Hogan a récemment reconnu avoir sous-estimé, il y a quelques mois, l’ampleur de la crise à laquelle l’agriculture européenne se trouve confrontée, la FNSEA a renouvelé le 24 février son appel en faveur d’un plan d’urgence à l’échelle européenne. A la veille de la rencontre entre Phil Hogan et Manuel Valls, Xavier Beulin attend du Premier ministre «beaucoup de fermeté et beaucoup de conviction» pour faire avancer le commissaire européen sur un certain nombre de sujets. Le président de la FNSEA demande notamment à Phil Hogan «une analyse chiffrée des conséquences de l’embargo russe sur le monde agricole» et un balayage «de l’ensemble des dispositifs», et évoque différents leviers. Les restitutions et le crédit export pourraient permettre de développer de nouveaux marchés, comme le bassin méditerranéen pour la viande bovine, par exemple. Concernant la filière porcine, Xavier Beulin prône pour un dispositif incitant les principaux producteurs à limiter le nombre de truies et donc le nombre de porcelets pour rééquilibrer le marché. Quant à la filière laitière, le relèvement des prix d’intervention d’au moins 30 euros la tonne (ce qui porterait le prix d’intervention à 250 euros la tonne, contre 220 euros aujourd’hui) lui apparaît indispensable, tout comme une réflexion à plus long terme sur un dispositif d’alerte et d’encouragement à la réduction volontaire des volumes produits. Plus généralement, l’étiquetage de l’origine des viandes dans les produits transformés reste «un point dur» pour le président de la FNSEA, qui y voit une réponse à «une sensibilité» du consommateur vis-à-vis de la traçabilité.

Le salon de l’agriculture doit rester «attractif»

Les mesures annoncées dernièrement par le Gouvernement -baisse des charges sociales à hauteur de 10 points au total, année blanche, comité national d’élaboration des normes et des réglementations– sont saluées par la FNSEA, «la revalorisation des prix reste le sujet numéro 1», précise Xavier Beulin. Les négociations commerciales doivent s’achever le 29 février, mais alors que très peu de contrats sont aujourd’hui signés, «ce qui nous revient, ce sont des demandes de baisse de tarif systématiques de 3 -4 % jusqu’à 8-9 % sur la plupart des produits», s’inquiète-t-il.

La FNSEA a envoyé un questionnaire aux différents partis pour connaître leurs positions quant à l’avenir de l’agriculture française. «Ceux qui ne répondront pas ne passeront pas sur le stand de la FNSEA (au salon de l'agriculture)», prévient Xavier Beulin. Les représentants politiques se sont d’ailleurs montrés moins prompts à annoncer leur venue cette année, redoutant sans doute un accueil assez frais, quel que soit le parti dont ils sont issus.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1846 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 1846 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui