L'Agriculteur de l'Aisne 24 octobre 2016 à 08h00 | Par Actuagri

La gouvernance du 4 pour 1000 sur les rails à la COP 22

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le projet 4 pour 1000, initié par la France en 2015 pour augmenter le stockage de carbone dans les sols, verra ses instances mises en place lors de la COP 22 qui se tiendra à Marrakech du 7 au 18 novembre. De 100 signataires en décembre 2015, le projet 4 pour 1000 est passé en quelques mois à 170, dont une trentaine d’Etats, des organisations non gouvernementales, des entreprises, des organismes de recherche. Par les pratiques agronomiques (non labour, bandes enherbées, meilleure gestion des prairies…), le projet vise à augmenter de 4 pour 1000 (0,4 %) le stockage du carbone dans les sols agricoles et forestiers, permettant ainsi d’équilibrer les émissions annuelles de CO2 dans l’atmosphère. Lancée par la France en 2015, l’initiative souhaite fédérer les acteurs volontaires à l’échelle internationale. Après une première mise en avant lors de la COP 21 à Paris en décembre 2015, c’est le 17 novembre, dans le cadre de la COP 22 à Marrakech au Maroc, que les instances dirigeantes du projet à l’échelle internationale seront dévoilées. Un consortium, composé d’Etats membres et d’ONG décidera des orientations et prendra les décisions stratégiques, un forum permettra la discussion entre tous les partenaires, un Conseil scientifique et technique, dont les 14 membres sont encore en cours de sélection, aura pour mission de travailler sur le référentiel permettant de sélectionner et de financer les projets, et un Secrétariat exécutif gérera l’ensemble.

Donner de l’élan

Pour la France, il s’agit ainsi d’amplifier le mouvement et de convaincre certains gros pays comme la Chine, l’Inde ou le Brésil de prendre part à la démarche. Les Etats-Unis, qui étaient très engagés dans le projet Climate Smart Agriculture (qui, à la différence du 4 pour 1000, mise davantage sur les technologies que sur l’agronomie pour stocker le carbone et limiter les émissions de gaz à effet de serre), n’ont pas non plus rejoint les signataires, même si Stéphane Le Foll précise faire son possible pour les convaincre. Le ministre de l’Agriculture dressera par ailleurs un bilan global, le 15 décembre, des actions engagées pour l’agroécologie ces quatre dernières années et à l’égard desquelles il entretient une certaine fierté : Ecophyto 2, CEPP, lutte contre l’antibiorésistance, GIEE… «On m’a souvent critiqué, entre ceux qui trouvaient que j’allais trop loin, ceux qui considèrent que ça ne va pas assez loin, mais j’estime que ce sont des jalons qui ont été posés pour les années qui viennent», indique le ministre. Climatch, de l’improvisation théâtrale sur le thème des sols agricoles Le 14 novembre, le ministère de l’Agriculture organise à Paris, au théâtre de la Bruyère, un match d’improvisation théâtrale entre deux équipes d’étudiants de l’enseignement agricole, sur les thématiques liées à la terre : stockage de carbone, microbiologie des sols, gaspillage alimentaire,… des sujets complexes à mettre en scène, devant des spectateurs qui voteront pour les départager. Une initiative originale pour sensibiliser les jeunes générations aux enjeux du défi climatique pour l’agriculture et pour la sécurité alimentaire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1841 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 1841 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui