L'Agriculteur de l'Aisne 18 mai 2010 à 14h54 | Par Jean-Philippe Arnaud

La journée installation : un jeune averti en vaut deux

Abonnez-vous Réagir Imprimer

A l’initiative de Jeunes Agriculteurs et du Point Info Installation, elle est l'occasion de réunir en un même lieu des élèves des lycées agricoles du département, des jeunes en voie d’installation et des partenaires accompagnant les démarches d’installation.

Si Jeunes Agriculteurs décide de promouvoir l’installation, c’est avant tout pour remplir sa mission de renouvellement des générations. Avec 80 personnes présentes ce 6 mai au lycée agricole de Crézancy, dont une bonne moitié d’élèves en formation et de jeunes porteurs de projet, le message a trouvé preneur.

 

Quelles démarches pour s’installer en agriculture ?

Mélanie Devigne, animatrice du Point Info Installation, a rappelé les démarches pour s'installer en bénéficiant des aides nationales à l'installation. Opérationnel depuis 2002 dans le département, le Point Info Installation est le fruit d’une réflexion commune entre les organismes professionnels agricoles. Il s'articule autour de l’accueil, de l'écoute et de l’accompagnement (information, conseil, orientation) de tous porteurs de projet.

Du Répertoire Départemental à l’Installation (RDI) au Plan de Développement de l’Exploitation (PDE) en passant par les prêts bonifiés, les enjeux fiscaux, …, les dispositifs sont nombreux pour aider au montage du projet. Bénéficiaire de cet accompagnement spécifique et récemment installé sur une structure équestre, Raphaël Brucelle a profité de l’occasion pour partager son expérience et son ressenti. Finalement, un jeune souhaitant s’installer en agriculture dispose de nombreux interlocuteurs et des moyens adaptés pour mener à bien son projet.

 

Les partenaires de l’installation s’impliquent

C’est justement pour aider les porteurs de projet à s’y retrouver que tous les partenaires de l’installation étaient réunis à l’occasion de cette journée. Chacun a pu dialoguer avec ces interlocuteurs très impliqués dans l’accompagnement de projet, le but étant de mieux comprendre le rôle et les missions de ces structures. Entre la naissance et l’élaboration du projet, la recherche éventuelle de foncier, le financement, la protection sociale, les dispositifs assurantiels ou encore la gestion de l’entreprise, les domaines d’intervention de ces organismes sont variés. Ravi de ce moment d’échange, Maxime, un jeune salarié agricole, explique que «les quelques informations obtenues permettent d’enrichir sa réflexion», lui qui débute des démarches pour succéder à ses parents dans quelques mois. Les étudiants de Crézancy et de Chauny ont, de leur côté, apprécié de découvrir des organismes «qu’on ne connaît pas toujours très bien».

 

Des règles pour concilier produire et protéger

Dans son panel de compétences et de connaissances, l’agriculteur se doit de répondre à certaines obligations, notamment pour bénéficier de soutiens financiers pour exercer son métier. C’est ce que l’on nomme la conditionnalité des aides, qui regroupe de nombreuses mesures destinées à protéger l’environnement, à assurer le bien-être animal, …

Face à toutes les interrogations liées à ce thème, Sébastien Brasset, administrateur de Jeunes Agriculteurs de l’Aisne en charge de l’installation, a réuni plusieurs personnes autour d’une table-ronde ayant pour thème «l’impact de la conditionnalité sur les pratiques agricoles». Si Jean-Armand, Benoît et Aurélien, jeunes agriculteurs du sud de l’Aisne, s’accordent à dire que ces mesures compliquent leur travail, les services de la Chambre d’Agriculture et de la Direction Départementale des Territoires de l’Aisne admettent que la conjoncture est un facteur limitant dans la pratique. Néanmoins, en dépit des contraintes engendrées par certaines règles, tous sont d’avis de reconnaître que produire et protéger l’environnement sont des objectifs indissociables et indispensables.

Les obstacles qui conduisent à une telle bipolarisation des pratiques impliquent une réflexion globale et concertée. Comme l’a indiqué Georges Ferté, président de Jeunes Agriculteurs de l’Aisne, dans son discours de clôture, l’installation des jeunes générations est une priorité pour l’avenir de l’agriculture. A l’heure où beaucoup se font écho de la crise et de ses répercussions, la mise en oeuvre d’un accompagnement adapté doit permettre à chaque porteur de projet d’assumer les responsabilités d’un chef d’entreprise en étant soutenu dans ses démarches. Et, malgré certaines contraintes réglementaires parfois difficilement applicables, qui plus est dans un contexte tendu, JA réaffirme son engagement à accompagner les jeunes dans des projets viables et vivables.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1949 | décembre 2019

Dernier numéro
N° 1949 | décembre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui