L'Agriculteur de l'Aisne 08 décembre 2014 à 08h00 | Par Actuagri

Le pessimisme progresse chez les agriculteurs

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La paperasserie est impressionnante dans les exploitations aujourd'hui.
La paperasserie est impressionnante dans les exploitations aujourd'hui. - © l'agriculteur de l'Aisne

Le dernier baromètre Ifop-FNSEA révèle une crise qui s’installe de plus en plus profondément dans les exploitations et dans le moral des agriculteurs. Ces derniers sont de moins en moins nombreux à miser sur une amélioration de leur situation financière dans les années à venir. Les données du baromètre Ifop-FNSEA de l’automne 2014 montrent que la perception qu’ont les agriculteurs de la situation financière de leur exploitation ne va pas s’améliorer. Alors qu’en mars 2014, ils étaient 22 % à juger leur situation économique comme mauvaise, ils étaient 26 % à faire ce constat en juin, et 34 % en octobre. La tendance est la même en ce qui concerne la vision de l’avenir, puisque la proportion d’agriculteurs jugeant que la situation économique de leur exploitation sera moins favorable dans deux à trois ans atteint 46 %, soit son plus haut niveau depuis la création du baromètre, en 2009. Ils ne sont que 17 % à anticiper une situation plus favorable.

Augmentation des difficultés ressenties

La situation économique ne les incite pas à l’optimisme, puisqu’au cours des trois derniers mois, 41 % des agriculteurs ont ressenti une détérioration de leur situation financière, soit 11 % de plus qu’en juin dernier. Ils ne sont plus que 53 % à avoir ressenti une stabilisation, et 6 % à juger qu’elle s’est améliorée. Près d’un tiers anticipe une détérioration dans les trois prochains mois, soit 10 % de plus que trois mois plus tôt. Parmi les principales difficultés, la trésorerie, jugée mauvaise par 39 % des exploitants, contre seulement 9 % qui la considèrent globalement bonne. Ils sont également 39 % à avoir rencontré des difficultés importantes ou très importantes sur leur exploitation au cours des trois derniers mois. Une proportion qui augmente, sans atteindre pour l’instant le pic de 50 % de 2009 / début 2010. La baisse des prix à la production est redevenue la première source de difficulté mentionnée par les exploitants à 61 %, devant les charges d’exploitation (56 %). La réglementation environnementale et sanitaire arrive en troisième position, citée par 53 % des exploitants. Enfin, pour les exploitants employeurs qui ont rencontré des difficultés importantes au cours des trois derniers mois, la raison invoquée est le coût du travail, pour 63 % d’entre eux, devant la réglementation qu’ils sont 55 % à citer.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1822 | mai 2018

Dernier numéro
N° 1822 | mai 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui