L'Agriculteur de l'Aisne 15 décembre 2011 à 14h22 | Par L'Agriculteur de l'Aisne - INRA

Le projet européen BIOCORE livre un jalon technologique significatif - La production à l’échelle pilote de bioéthanol de 2ème génération

La raréfaction des énergies fossiles et le changement climatique invitent à remplacer le carbone fossile par le carbone renouvelable. Dans cette perspective, la biomasse est un candidat prometteur pour peu que son utilisation soit durable. L’INRA, coordinateur du projet européen BIOCORE en association avec deux partenaires industriels de celui-ci, CIMV et DSM, annoncent la production à l’échelle pilote de bioéthanol de 2ème génération fabriqué à partir de paille de blé. Cette avancée démontre la faisabilité de production de bioéthanol et, de manière ultime, de bioplastique, à partir de biomasse ligno-cellulosique. De façon générale, les technologies développées dans BIOCORE favorisent l’utilisation des cultures à des fins alimentaires en réservant les seuls résidus de ces cultures à la fabrication de bioéthanol ou de biomatériaux, et en cherchant à exploiter les biomasses non-alimentaires telles que le bois.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 

Dans le cadre du projet européen FP7 BIOCORE (BIOCOmmodity REfinery) lancé il y a 18 mois, la collaboration de la Compagnie Industrielle de la Matière Végétale S.A. (CIMV, Levallois Perret) et de DSM Bio-based Products & Services B.V. (Delft, Pays-Bas) a permis la production de bioéthanol de 2ème génération à partir de paille de blé. Pour parvenir à ce succès, la société CIMV a transformé, dans son installation pilote (Pomacle, Marne), de la paille de blé en cellulose, hémicellulose et lignine, les trois composants majeurs de la biomasse non-alimentaire. La cellulose a ensuite été transformée en sirop de glucose par la société DSM. Le procédé de transformation repose sur une fermentation utilisant des enzymes thermostables développées et brevetées par DSM. Enfin, l’étape de distillation a permis la production d’une centaine de litres d’éthanol, actuellement utilisés par la société Arkema S.A. pour produire un précurseur du bio PVC à savoir l’éthylène.  

«Nous sommes très satisfaits de cette collaboration avec DSM qui nous a permis de clairement démontrer la pertinence de notre technologie « organosolv» pour le bioraffinage de la biomasse non-alimentaire» a expliqué Thiery Scholastique, Président du Directoire de CIMV. «Aujourd’hui, grâce au programme BIOCORE qui a placé la technologie CIMV en son cœur comme procédé de prétraitement de la matière végétale, ainsi qu’aux travaux menés par les partenaires du consortium BIOCORE sur les trois produits issus du procédé CIMV, nous avons franchi une étape capitale vers l’industrialisation de notre technologie".

Pour DSM, la production à l’échelle pilote d’éthanol de 2ème génération à partir de biomasse non-alimentaire est prometteuse et conforme aux attendus du projet BIOCORE. M. Oliver May, Directeur R&D, DSM Bio-based Products & Services, est très enthousiaste : «Le projet BIOCORE est très stimulant car il réunit différents acteurs et fournisseurs de technologie. Cette combinaison permet d’accélérer l’innovation dans le domaine du bioraffinage de la biomasse ligno-cellulosique. C’est l’avenir, et les résultats d’ores et déjà obtenus  montrent qu’ensemble avec nos partenaires nous sommes sur la bonne voie. Nous sommes capables de livrer les technologies nécessaires pour la production d’éthanol à partir de la paille de blé. Les enzymes thermostables de DSM fonctionnent très bien sur la matière cellulosique prétraitée par CIMV. En les associant à son expertise technologique dans le domaine des levures ainsi qu’à son savoir-faire opérationnel acquis au sein de l’installation pilote à Delft, DSM  atteint des performances remarquables. Les rendements en bioéthanol obtenus permettent d’envisager l’exploitation commerciale et la qualité du produit est en adéquation avec l’élaboration de matériaux».

Selon le coordinateur de BIOCORE, le Dr. Michael O’Donohue, chef adjoint du département Caractérisation et élaboration des produits issus de l’agriculture (CEPIA) à l’INRA, ce succès est le fruit du dynamisme et de la solide collaboration  entre  les 25 partenaires du projet issus de 13 pays différents. «Les avancées du projet BIOCORE sont significatives et nous avons actuellement plusieurs innovations dans le pipeline. La production à l’échelle pilote de bioéthanol 2ème génération constitue pour BIOCORE et l’INRA un jalon important qui permet d’envisager des avancées très très prometteuses dans un proche avenir".


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1846 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 1846 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui