L'Agriculteur de l'Aisne 08 juillet 2011 à 14h38 | Par Virginie Ingebos

Les Bergers du Nord est veulent retrouver un nouveau souffle

Les Bergers du Nord Est ont tenu leur assemblée générale le 23 juin dernier dans les Ardennes, à Pauvres, lieu du nouveau centre d’allotement de la coopérative.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Agri-Ardennes - l'agriculteur de l'Aisne
Pour la première fois, l’assemblée générale de la coopérative Les Bergers du Nord Est se tenait dans les Ardennes, et plus précisément à Pauvres. Un lieu qui n’a pas été choisi par hasard, puisqu’il s’agissait également d’y inaugurer le nouveau centre de tri et d’allotement de la coopérative.
Une première également pour Jean-François Potel en tant que président de la coopérative, ce dernier ayant succédé à Jean Gosset, il y a un peu moins d’un an.
A ses côtés, les deux vice-présidents, Emmanuel Auroux et Benoît Levêque, lesquels ont présenté tour à tour le rapport d’activité de l’entreprise pour l’exercice 2010. Une activité qui se traduit par un nombre identique d’adhérents par rapport à l’année précédente. Répartis sur sept départements, ils sont ainsi 473 dont 296 actifs. L’effectif concernant ces derniers est de 58440 brebis, soit une hausse de 1640 par rapport à 2009. La taille moyenne des élevages étant de 197 brebis, une moyenne qui cache des disparités importantes. La majorité des élevages produisent des agneaux de bergerie. Le plein air est essentiellement située sur l’Aisne et le Ardennes.

Baisse des effectifs en Champagne-Ardenne
En 2010, le nombre d’animaux commercialisés par les Bergers du Nord-Est a une nouvelle fois diminué, et ce en agneaux comme en réforme. Une baisse qui concerne essentiellement la région Champagne-Ardenne, résultat d’une hausse de la concurrence. Les abattages d’agneaux continuent de se concentrer sur le site de Laon. Seuls 7 % des agneaux sont abattus hors région. En termes de débouchés, les ventes auprès des bouchers restent stables par rapport à 2009. La part des ventes directes auprès de GMS continuent quant à elle de progresser, représentant en 2010 plus d’un tiers des débouchés de la coopérative. Rappelons qu’il y a tout juste un an, un accord de contractualisation, a été signé entre les Bergers du Nord-Est et l’enseigne Carrefour. La part des ventes au distributeur a ainsi augmenté de 8,8 %, ce qui représente la commercialisation de plus de 13500 agneaux. «Même si l’objectif de 12 % initialement fixé par le contrat n’a pas été atteint, ce débouché reste incontournable, il représente 30 % des volumes commercialisés», souligne Benoît Lévêque. «Le poids et la conformation demeurent déterminants pour satisfaire nos débouchés. Attention au poids des agneaux ?», ajoute Emmanuel Auroux. La pression du marché est de plus en plus forte. Les bouchers eux aussi ont tendance à demandé des animaux légers, autour de 18 ou 19 kilos.
Ajoutons que début 2010, le conseil d’administration de la coopérative a revu le montant des primes de désaissonnement, dans l’objectif de rendre celle-ci plus incitative en début de période. 1 euro/kilo en novembre pour les agneaux de bergerie et 0,7 euro/kg en juin pour les agneaux de plein air.

Les autres activités
En ce qui concerne l’activité élevage : le groupement a commercialisé au total 1850 reproducteurs mâles et femelles. Une nouvelle baisse par rapport aux années précédentes. L’activité laine est également en baisse en termes de tonnage, mais le marché de la laine connaît une très forte demande entraînant un doublement du prix. «Pour les laines livrées fin juin 2011, nous pourrons assurer un prix payé au producteur de 1,3 euro / kilo de laine de brebis Texel et Ile de France», a souligné Emmanuel Auroux.
A l’inverse, l’activité approvisionnement connaît elle, une forte progression, avec une hausse de 18 % du chiffre d’affaires entre 2009 et 2010. Parallèlement, les actions d’appui technique de la coopérative se poursuivent, notamment les suivis des cahiers de charges et le programme sanitaire d’élevage.
Thierry Vroman
Thierry Vroman - © Agri-Ardennes - l'agriculteur de l'aisne

Un nouveau directeur, Thierry Vroman

Thierry Vroman s’apprête à prendre ses nouvelles fonctions. Il a effectué l’essentielle de sa carrière dans l’aliment du bétail. Sa mission première s’articulera autour du commerce. «Mon objectif est de mettre mes compétences au service des éleveurs pour valoriser leurs produits. Il s’agira de négocier de bons prix avec nos acheteurs mais aussi d’innover dans de nouveaux marchés. J’entend  également mettre tout en oeuvre pour que les salariés de la coopérative s’épanouissent dans leur travail», a-t-il également insisté. S’adressant à l’ensemble des adhérents présents, il a déclaré «Je souhaite vous donner encore plus confiance en votre coopérative, faire en sorte que vous soyez fiers de votre coopérative».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS