L'Auvergne Agricole 14 novembre 2018 à 17h00 | Par L'auvergne Agricole

Les couverts entre blé et maïs sous forme de dérobés

Les cultures dérobées s’immiscent dans les champs et les esprits comme une solution à l’autonomie fourragère.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les couverts et dérobées assurent aussi bien leur fonction de travailleur du sol que d’assurance fourrage.
Les couverts et dérobées assurent aussi bien leur fonction de travailleur du sol que d’assurance fourrage. - © Mélodie Comte

Les éleveurs, sont de plus en plus nombreux dans le Puy-de-Dôme à semer des couverts végétaux et cultures dérobées. L’objectif principal étant bien souvent de réduire l’érosion des sols durant l’interculture entre une céréale d’hiver et un maïs. Ces couverts peuvent également être employés sous forme de « dérobées » pour compléter le stock fourrager à l’automne ou au printemps.

Envisager le double emploi


Stéphane Violleau, conseiller fourrage à la   [...]

 

» Lire la suite sur le site L'Auvergne Agricole

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1846 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 1846 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui