L'Agriculteur de l'Aisne 23 mars 2010 à 17h09 | Par Airy Darbon

Les responsables de l’USAA et de JA 02 défendent le dossier agricole à l’Elysée

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Vendredi 12 mars, Olivier Dauger, président de l’USAA, Georges Ferté, président de JA02, et Michel Lapointe, vice-président de la FRSEA de Picardie, ont rencontré Christophe Malvezin, conseiller technique pour le dossier agricole à l’Elysée, avec pour objectif de présenter des demandes permettant de simplifier la vie quotidienne des exploitants. Tout au long de cet entretien, les présidents ont rappelé qu’il était indispensable d’être pragmatique pour sortir les exploitations de la conjoncture. «Nous attendons des mesures concrètes en matière environnementale respectant les objectifs mais prenant en compte la réalité économique, agronomique et sanitaire de nos exploitations. Les agriculteurs n’ont plus les moyens d’appliquer les mesures coûteuses et inappropriées». Lorsque le Président de la République parle de pragmatisme le président de l’USAA pense qu’il sera difficile d’être dans cette situation entre les services du ministère de l’agriculture et le ministère de l’environnement.

A partir d’exemples, la délégation de l’Aisne a soutenu la thèse du pragmatisme : directive nitrates : la France est le seul pays à avoir choisi 100 % de couverts végétal (75 à 80 % dans les autres pays). Les exploitants demandent la limitation du pourcentage de CIPAN. Comme en Belgique, les agriculteurs doivent avoir la possibilité de choisir entre l’utilisation de la méthode des reliquats azotés et la couverture du sol. Eléments topographiques : limiter le pourcentage à 3 % et simplifier la liste des éléments topographiques. Sur ce point, les présidents Dauger et Ferté estiment que la France prive les agriculteurs de 5 % de leur potentiel de production. Bassin d’alimentation de captages : la notion de sanctuarisation des surfaces concernées n’est pas admissible. Pour les responsables agricoles, la demande est simple : mettre en place un système basé sur la contractualisation comme en Allemagne. Selon Olivier Dauger, il est important de considérer l’agriculteur comme un producteur d’eau. Il y a nécessité de rémunérer l’exploitant pour les efforts environnementaux pour compenser les surcoûts où la perte économique de ces nouvelles méthodes à appliquer.

Concernant les contrôles : oui à des contrôles pédagogiques, oui à des avertissements, avant de procéder à des sanctions surtout dans une conjoncture difficile.

Concernant le plan Barnier : si les responsables ont convenu qu’il était impossible de revenir en tant que tel, il reste néanmoins possible de le corriger en agissant sur les charges.

En matière de cotisations, la profession de l’Aisne demande plus de souplesse pour le passage de l’année N à N-1, N-2, N-3 et réciproquement. La possibilité de provisionner pour les cotisations sociales futures doit être obtenue. Dans le cas où l’exploitant ne tire aucun revenu, il faut la suppression de l’assiette minimale obligatoire.

Du point de vue fiscal, le président de l’USAA est revenu sur la notion de risques économiques, climatiques et donc la mise en place d’un dispositif prenant en compte les aléas du métier.

Du point de vue du développement, la profession agricole de l’Aisne a suggéré à Christophe Malvezin de retenir le principe du PRN qui a permis à plusieurs centaines d’exploitation de développer de nouvelles productions. C’est un schéma simple permettant de réorienter les entreprises à moindre coût.

Cet entretien a permis d’aborder le dossier des retraites, l’indice du fermage, les IFT. Si cet échange a permis d’exposer des éléments concrets d’actions pouvant se traduire rapidement, il se verra compléter d’échanges réguliers entre les responsables de l’Aisne et Christophe Malvezin. Concernant les aspects européens et internationaux, les présidents ont respectivement rappelé que c’était au niveau de la FNSEA, de JA national et des associations spécialisées d’en débattre.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1841 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 1841 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui