L'Agriculteur de l'Aisne 08 juillet 2010 à 15h05 | Par Gaëtane Trichet - Maria De Quick

Les SAFER au coeur de l’aménagement

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © l'agriculteur de l'aisne

«Les SAFER ont 50 ans et à l’époque, elles géraient uniquement les activités agricoles en termes d’aménagement et d’organisation du marché. Leur métier a évolué par rapport aux besoins qui se sont fait sentir. Aujourd’hui la SAFER est devenue l’intermédiaire entre les collectivités qui avaient besoin de terres agricoles et les agriculteurs qui demandaient à être compensés correctement. Nous jouons un rôle de facilitateur» a expliqué Hubert Duez, président de la SAFER de Picardie, s’inquiétant cependant du gaspillage des terres. «La profession agricole n’est pas contre le développement économique, mais il doit être réalisé sans que les agriculteurs n’en fassent les frais. Dans les pays voisins, à développement égal, ils utilisent deux fois moins de terres». La SAFER veut mettre en place des politiques foncières durables pour un aménagement et un développement du territoire cohérents, durables et concertés a-t-il été souligné. Une activité chargée en 2009 «En 2009, la SAFER de Picardie a enregistré 3 191 transactions pour 14 038 hectares» a expliqué Marie-Andrée Dégardin, directrice. «On constate une baisse des surfaces vendues et tout dans un marché fermé, avec des prix qui progressent de 4 % pour les terrains occupés et 1 % pour les terrains libres d’occupation». Elle a ensuite détaillé l’évolution des marchés de l’espace rural par département. Aussi, dans l’Aisne, la surface atteint 6 388 ha, dans l’Oise 3 612 ha et dans la Somme 4 038 ha. Sur les 14 038 ha notifiés à la SAFER de Picardie, 11 414 ha représentent le marché foncier agricole. 7 215 ha ont été acquis par des agriculteurs locataires en place, 577 ha sont exemptés de droit de préemption de la SAFER, 3 349 ha sont sur le marché préemptable agricole. 1 645 ha sont destinés au marché forestier, 481 ha aux espaces résidentiels et loisirs et 771 ha à d’autres acquéreurs. Mme Dégardin a signalé que sur le marché foncier agricole (11 141 ha), 65 % ont été acquis par des agriculteurs fermiers en place (7215 ha), 14 % par des agriculteurs non fermiers en place, 1 143 ha soit 10 % par les non agriculteurs, et le reste soit 11 % par la SAFER. La moyenne des terres et prés loués non bâtis se situe à 4660 euros pour la Somme, 4560 pour l’Aisne et 4540 pour l’Oise. Les terres et prés libres non bâtis se négocient en moyenne à 7400 euros dans la Somme, 6460 dans l’Aisne et 6930 dans l’Oise. La directrice de la SAFER de Picardie a annoncé que 631 ha ont été rétrocédés (496 ha pour 27 bénéficiaires de l’Aisne, 8 ha pour 4 dans l’Oise, 127 ha pour 29 bénéficiaires dans la Somme). Aujourd’hui, la SAFER de Picardie est partenaire des collectivités et a signé 39 conventions de mise en réserve et ou de prestations de services en cours. 124 communes sont sous convention de veille foncière dont 55 à finalité environnementale, 67 pour le développement local et 1 à finalité agricole.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1937 | septembre 2019

Dernier numéro
N° 1937 | septembre 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui