L'Agriculteur de l'Aisne 20 janvier 2012 à 12h42 | Par Gaetane Trichet

Local - Etre force de propositions sur le dossier environnement

Assemblée générale des syndicats cantonaux de l’USAA de Laon et Crécy-sur-Serre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Hugues Bécret
Hugues Bécret - © l'agriculteur de l'aisne
Les adhérents de l’USAA des cantons de Crécy-sur-Serre et Laon se sont retrouvés en assemblée générale locale à 10 janvier à Samoussy autour de leurs présidents respectifs, Hugues Bécret et Antoine Niay.
Ils ont effectué le point sur l’année écoulée en rappelant toutes les actions qui ont été menées par le syndicat comme l’opération paille, les formations, les réunions (CIPAN, PAC, bassin d‘alimentation de captage, gasoil non routier…), sans oublier les aspects conviviaux comme la Saint-Eloi. «Nous avons bénéficié d’activités soutenues avec une bonne participation des adhérents» s’est félicité Antoine Niay, soulignant au vu du succès, que beaucoup d’autres sont d’ores et déjà programmées pour 2012 sur les 2 cantons. Pierre Coulbeaut, président de l’arrondissement de Laon est très satisfait de l’augmentation du nombre d’adhérents sur l’ensemble de ses cantons. «La semaine de l’adhérent est un moment fort pour rendre visite à nos adhérents mais aussi en conquérir de nouveaux. Nous avons obtenu de bons résultats, c’est rassurant». Il a ensuite alerté les agriculteurs présents sur les deux dossiers importants de 2012 : la PAC et l’environnement.
Antoine Niay
Antoine Niay - © l'agriculteur de l'aisne
La transition était toute trouvée pour Olivier Dauger, président de l’USAA, pour aborder le thème des bassins d’alimentation de captage.  Sur ce dossier, l’Europe prône une politique de résultat, ce qui a été traduit en France par des mesures inadaptées et incohérentes, voire dangereuses pour le monde agricole. «Nous ne sommes pas contre des mesures, mais il faut qu’elles soient applicables. Il faut donc que l’on s’appuie sur les scientifiques pour avancer, notamment l’INRA, l’ITB, Arvalis…» a-t-il affirmé, insistant sur le fait que les agriculteurs pourraient perdre plus d’argent avec le dossier environnement que le dossier PAC. La FNSEA et l’USAA, soutenues par les autres organisations agricoles comme les Chambres d’agriculture, comptent bien proposer des actions efficaces qui permettraient de réduire les teneurs en nitrates et en azote dans l’eau et les sols.
Par ailleurs, Olivier Dauger sait que la baisse des aides PAC risque de fragiliser les entreprises dans les années à venir. Il propose aux agriculteurs, de réfléchir à d’autres projets sur leur exploitation comme par exemple la vente directe qui peut apporter de la valeur ajoutée. «Nous sommes le 3ème secteur économique de la France, nous ne sommes pas délocalisables, nous sommes organisés, et nous créons de l’emploi. Il est grand temps que les élus reconnaissent l’agriculture en tant que tel».
Le syndicat agricole est un outil de défense pour ses adhérents. Il a évolué et offre aujourd’hui des services de plus en plus diversifiés. Pour renforcer cela, le syndicat sera encore plus fort grâce à l’appui des autres organisations professionnelles agricoles, a expliqué Airy Darbon, directeur de l’USAA. Avec l’évolution du monde dans lequel on vit, avec les réglementations qui continuent à se durcir, avec la PAC qui s’effrite… l’USAA se doit d’anticiper pour mieux parer.
Comment ? En créant un réseau en région et interrégion, en trouvant des alliances avec d’autres secteurs de l’économie. «Il doit avoir un rôle de lien, d’animation, de communication, de formation et proposer des prestations spécifiques» a-t-il complété, insistant sur l’importance des représentants de l’agriculture d’être impliqués dans le plus d’instances possibles. Il a donc lancé un appel à chaque adhérent à prendre des responsabilités. «L’USAA, fort de son maillage territorial, et grâce à des valeurs mutualistes, doit être au coeur de la ruralité pour défendre le monde agricole».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1846 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 1846 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui