L'Agriculteur de l'Aisne 22 juillet 2011 à 10h30 | Par Sophie Cappe

Maintien exceptionnel du taux de couverture des sols à 80 % pour l’interculture 2011 dans le développement de leur filière

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le préfet devrait signer d’ici la fin du mois, après passage en Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques (CODERST), un arrêté modifiant celui du 30 juin 2009 concernant le 4ème programme d’action de la Directive Nitrates dans l’Aisne. Le taux de couverture automnal, qui devait passer à 90 % cette année, serait donc maintenu exceptionnellement à 80 %, comme en 2010.

La couverture des sols suscite de nombreuses tensions depuis la mise en place des 4èmes programmes d’action Directive nitrates.
Pour éviter les pertes d’azote par lixiviation, qui aboutissent à la pollution des nappes phréatiques, l’efficacité de la couverture des sols à l’automne, avant la période de drainage, n’est plus à prouver. Toutefois, la profession agricole se bat depuis 2009 contre une couverture obligatoire des sols sur toute la surface.
D’une part, pour des raisons agronomiques et pratiques. En effet, certaines parcelles nécessitent des travaux à l’interculture incompatibles avec une couverture du sol. De plus, la période d’implantation des couverts est une période chargée où la fin des récoltes, le ramassage de la paille, les épandages d’engrais organiques, sont également à l’ordre du jour.
Enfin, l’effet piège à nitrates recherché par la mise en place des couverts n’est utile que dans les situations où de l’azote excédentaire est susceptible d’être entraîné avec les eaux de drainage vers les nappes d’eau souterraines. Certaines successions culturales ne présentent pas ce genre de risques.

Face à ces arguments, les Ministères de l’Agriculture et de l’Ecologie ont mis en place à l’automne 2010 un groupe de travail regroupant l’INRA, Arvalis, les Chambres d’Agriculture. L’objectif de cette étude sur les cultures intermédiaires est de faire un état des lieux des connaissances sur la gestion de l’interculture et d’identifier les acquis scientifiques, les divergences, et les pistes de recherche.
Dans l’attente des résultats de ce travail, la profession agricole sollicite depuis de nombreux mois aux Ministères un moratoire pour «bloquer» le taux de couverture des sols à 80%, demande restée sans réponse à ce jour.

C’est finalement la pression climatique de l’année qui est à l’origine de l’accord de l’administration départementale.
En effet, la sécheresse rencontrée depuis le mois de février dans la région est exceptionnelle. Les pluies actuelles ne sont pas efficaces pour humidifier le sol en profondeur, ce qui laisse présager des problèmes de levée.
De plus, la demande de fourrages et de paille de la part des éleveurs est très forte, et l’effort de solidarité des agriculteurs s’accompagne d’une surcharge de travail pour les céréaliers, mais également pour les entreprises réalisant le pressage et le transport. C’est pourquoi, afin de limiter les travaux et de les étaler un peu dans le temps, il est demandé au préfet de pouvoir cette année :
- implanter les CIPAN jusqu’au 20 septembre, au lieu du 10 ;
- ne couvrir que 80 % des sols à l’interculture au lieu des 90 % prévus.
Cette dérogation a déjà été obtenue dans l’Oise. Ce maintien à 80% permettrait également de patienter plus sereinement avant de disposer des résultats de l’étude de l’INRA, qui pourraient, espérons-le, remettre en cause la couverture totale des sols.
Ces informations vous seront confirmées dès la signature de l’arrêté préfectoral.

Qu’entend-on par couverture des sols ?
Pas de modification sur ce point. Les situations suivantes sont considérées comme couvertes :
- les surfaces sans interculture (culture pérenne, pluriannuelle, prairies, jachères fixes) ;
- les surfaces implantées ou à implanter en culture d’hiver (colza, orge d’hiver, blé) ;
- les surfaces implantées en CIPAN (Culture Intermédiaire Piège A Nitrates) ;
- les surfaces dont la culture n’a pas encore été récoltée au 10 septembre (betterave, maïs, légumes, cultures dérobées…) et qui seront semées en culture de printemps en 2012 ;
- les surfaces où les repousses d’orge ou d’avoine se sont bien développées (dans la limite de 10% de la SAU) et qui seront semées en culture de printemps en 2012 ;
- les surfaces où les repousses de colza se sont bien développées et qui seront semées en culture de printemps en 2012.
Pour faciliter le calcul, un tableur Excel est disponible sur le site internet de la Maison de l’agriculture : www.agri02.com/Boite-a-outils/Complements-Directive-Nitrates. Une plaquette technique concernant les couverts végétaux est également à disposition sur demande à la Chambre d’Agriculture (03 23 22 50 99) ou sur www.agri02.com/Dossiers/Environnement/Cultures-intermediaires

Où localiser au mieux les CIPAN ?
L’implantation d’un couvert lors d’une interculture longue permet d’utiliser l’azote dans le sol avant la période de drainage. L’azote présent dans le sol en automne a différentes origines :
- il peut provenir de la minéralisation estivale et automnale si les conditions sont climatiques sont propices,
- sa présence peut être liée à un épandage d’effluents organiques (CIPAN obligatoire pour maintenir l’azote de l’effluent en surface),
- une mauvaise utilisation de la fertilisation par la culture précédente, traduite par un rendement en-dessous du potentiel visé, implique également une quantité non négligeable d’azote à piéger.
Il est donc primordial de localiser en priorité les CIPAN sur ces parcelles où le reliquat d’azote à l’entrée de l’hiver risque d’être important et d’essayer ainsi de limiter les risques de lessivage.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1846 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 1846 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui