L'Agriculteur de l'Aisne 30 juillet 2010 à 14h08 | Par gaetan leborgne - yannick philippe

Maïs grêlé : quelle décision prendre ?

Les averses de grêles ont frappé les cantons de Guise, Wassigny et Le Nouvion. Toutes les cultures de ce secteur ont été touchées. Si certaines parcelles sont totalement détruites, d’autres seront encore récoltables. Le plus important est donc de ne pas céder à la panique et de faire le bon diagnostic parcelle par parcelle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La Chambre d’agriculture et ELC 3 font un point sur les orages et ses conséquences dans les champs.
Quelle décision prendre ?
Solution 1 : ne rien faire
Critères à oberver
Reste 50 à 60 % des pieds corrects soit 6 à 7 pieds au mètre linéaire.
Pieds couchés, coudés, non déracinés, non cassés : dans la mesure où il n’est pas encore fleuri, il va se redresser, repartir.
Si floraison mâle démarrée et tiges cassées au-dessus du futur épi (fleur femelle) : il doit rester encore au moins une tige avec fleur mâle pour 10 plantes pour la fécondation. Dans le cas contraire, il n’y aura pas de grain et il faudra ensiler fin août. Les feuilles peuvent être lacérées et les cornets de la panicule mâle déchirés, la plante en se régénérant, reproduira des nouvelles feuilles pour relancer la photosynthèse. Le rendement sera évidemment diminué de 30 à 50 % selon les parcelles.

Risque fongique :
Un maïs grêlé aura tendance à être plus sensible aux maladies. Souvent suspecté pour divers troubles, le charbon du maïs engendre tout au plus un risque d’inappétence et une baisse de la valeur alimentaire pour le maïs ensilage. Mieux vaut toutefois ne pas dépasser 20 % de maïs charbonné.
En maïs grain, le risque lié au développement de mycotoxines est légitime. Les conditions pédoclimatiques auront une importance réelle sur le développement des champignons et la surveillance des pieds devra être accrue.
Afin de réduire ce risque, il faut limiter le temps nécessaire au développement des champignons et donc récolter préférablement en ensilage début septembre.

Solution 2 : détruire ou récolter maintenant
Critères à observer :
Perte de densité supérieure à       50 %
Pieds arrachés, cassés sous les soies, présence de trognons, feuilles hachées : Dès que les constats d’assurance sont établis, dans la mesure du possible, essayer de récolter en ensilage si la hauteur moyenne résiduelle est supérieure à 50 cm.

Récolter, oui mais…
La plante est à un stade avoisinant les 13 à 17 % de MS. La conservation est relativement compromise à la vue de la teneur importante en eau et sucres solubles.
Solutions possibles :
- incorporer 400 Kg d’un aliment sec (pulpes sèches, paille) par ha de maïs
- faire des couches alternées avec une herbe préfânée
- ensiler avec 30 % de céréales immatures grêlées (jusque 60 % MS).
Attention à  ramasser propre, sans terre.   

Ressemer, mais pour quels objectifs ?
Dans la plupart des situations, c’est le manque de stock fourrager à venir qui va être le facteur déclenchant d’une prise de décision. La réimplantation d’une autre culture doit se faire de façon judicieuse
De manière générale, le labour est recommandé afin de bien répartir la masse végétale dans le sol (récolter ou broyer avant d’enfouir), et limiter les risques liés aux arrières effets des herbicides racinaires qui pourraient affecter la levée des graminées et des légumineuses.

Objectif 1 : Faire 1 récolte à l’automne + labour d’hiver + culture de printemps
Ray-grass d’Italie alternatif diploïde (60 – 70 jours) pour un rendement estimé de 3 à 3,5 tonnes de MS. Il est également possible d’y associer un trèfle incarnat ou d’alexandrie.
Semer à 25 kg/ha en pur ou 15 kg RGI + 10 kg trèfle.
Colza fourrager  (60-80 j) pour 4 à 5 TMS. Ensilage à 14 % de MS et ne pas tasser fort le silo et ajouter des pulpes sèches (150 kg par tonne de colza). Pour n’importe quel animal, limiter la part du colza à 40 % maxi de la ration MS/jour !
Semer à 10 kg/ha.

Objectif 2 : Faire 1 récolte à l’automne + 1 récolte au printemps + maïs 2011
- Mélange avoine de printemps / vesce pour un rendement de 4 tonnes MS mais une valeur un peu plus cellulosique. Un produit mieux adapté aux génisses ou en dilution du maïs pour les vaches laitières. A la rigueur, à ce mélange, on peut y rajouter un ray-grass d’Italie, exploitable pour une coupe de printemps.
Semer à 80 kg/ha d’avoine + 20 kg/ha de vesce.
- Ray-grass d’Italie alternatif diploïde à durée de vie normale, avec rendement estimé cet automne de 2.5 à 3 tonnes de MS et d’environ 4.5 tonnes de MS au printemps 2011.
Semer à 25 kg/ha en pur ou RGI 20 kg/ha
Cette pratique doit se faire, dans la mesure du possible, sur les bonnes terres et ne doit pas dépasser 30% de la sole  maïs sous peine d’handicaper les récoltes 2011 (manque d’eau).

Objectif 3 : Faire 1 récolte à l’automne + maintenir le couvert pour 3-4 ans
- Luzerne pour envisager une coupe de 2 tonnes MS cet automne puis 10 à 12 tonnes/ha /an. Association possible avec dactyle ou brome.
Semer à 20 kg/ha des variétés choisies selon leur teneur en protéine et grosseur de tige.
En mélange, 15 kg de luzerne + 10 kg de graminée.
Ne pas oublier d’inoculer la semence !

Anticiper, c’est évaluer ses stocks !

Suite à ces différentes prises de décisions, il faudra absolument évaluer les stocks qui vont manquer et chercher d’abord à les compenser par des fourrages.
C’est pourquoi, dans la mesure où les données pédoclimatiques le permettent, essayer de valoriser au maximum l’herbe d’automne qui sera pâturée par vos animaux. Depuis quelques années, dans le cadre du suivi herbomètre, nous avons pu constater des repousses d’automne non négligeables mais très souvent sous valorisées.
De plus, il est envisageable d’implanter derrière les blés du Ray-gras Italien à ensiler pour cet hiver.

Que faire en cas de sinistre ?

Déclarer le sinistre auprès de votre assureur
Soyez présent à l'expertise afin d'apporter les précisions nécessaires.
Prenez des photos des dégâts (cultures, bâtiments…) et conservez des échantillons représentatifs des éléments abîmés que vous devez ôter rapidement.

Obtenir le classement en «catastrophe naturelle»
Les démarches pour obtenir le classement en catastrophe naturelle d'une zone sinistrée incombent aux autorités locales : adressez-vous à votre mairie le plus tôt possible. Faire un courrier sur papier libre en détaillant le plus possible les dégâts. Il est préférable de se regrouper pour faire vos demandes communes.

Engagement auprès de votre organisme stockeur :
Si vous vous êtes engagés sur des quantités auprès de votre organisme stockeur, veuillez prendre contact avec lui dès que possible pour trouver une solution.
Opération de solidarité paille-fourrage
Si vous avez des besoins en paille et fourrage, répondez à l’enquête qui vous a été transmise cette semaine par l’USAA.

Dans le cadre de la réglementation PAC :
Vous n’avez pas d’obligation de récolte pour l’année 2010
Toutes les cultures ont été jusqu’au stade floraison et 30 juin donc vous pouvez activer et bénéficier de vos DPU.
Si vous rencontrez des problèmes particuliers, contactez votre conseiller syndical.

Christelle Lemaire

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1846 | novembre 2018

Dernier numéro
N° 1846 | novembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui