L'Agriculteur de l'Aisne 07 octobre 2011 à 15h53 | Par Didier Gaschet

Mes parcelles : l’avis d’un utilisateur

Utilisé depuis 3 ans dans l’Aisne «Mes parcelles» est un outil de gestion du parcellaire informatique en ligne disponible désormais presque partout en France. Voici l’avis d’un agriculteur axonais, Christophe Caron, s’en sert depuis 2 ans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © l'agriculteur de l'aisne
Pouvez-vous nous présenter votre exploitation ?
Le GAEC Caron est situé en Thiérache à Lavaqueresse. Il est composé de 5 associés et emploie un salarié et demi. C’est une exploitation de polyculture élevage bovins et ovins. La SAU est utilisée à 75 % par de la surface fourragère (dont 28 % de maïs fourrage) et à 25 % par des cultures de vente (blé, escourgeon, colza). La surface fourragère est valorisée par 180 vaches laitières soit 28 vaches par UTH, un peu de vente de taureaux, et 300 brebis.

Comment avez-vous connu «Mes parcelles» ?
Nous faisons partie du réseau de fermes d’élevage ovines. Cet outil nous a été présenté à cette occasion et nous avons décidé de l’essayer un an pour le tester. Voici maintenant 2 ans que je l’utilise.

Pourquoi avez-vous souhaité l’utiliser ?
On voulait éviter les intermédiaires et être ainsi plus autonomes quant à la gestion de notre parcellaire. De plus, en saisissant moi-même les informations, je connais mieux mon exploitation.

Comment s’est passée la prise en main de l’outil informatique ?
Après la formation, j’ai fait mes saisies assez rapidement. Cela s’est donc bien passé. Il est important de travailler de suite après la formation, pour s’imprégner de l’outil et de l’utiliser régulièrement.

Quelles sont les principales fonctions que vous utilisez ?
Je me sers de «Mes parcelles» essentiellement pour le plan de fumure, le cahier d’épandage, le registre phyto. J’ai pris le pack «Mes p@rcelles – synel bovin et ovin».

Quels points souhaiteriez-vous voir évoluer ?
Il y a eu un changement de la présentation du plan de fumure il y a un an, et n’ayant pu me rendre à la réunion d’information qui en traitait, j’ai par la suite eu un peu de mal à me réapproprier l’outil. Je souhaite qu’il n’y ait pas trop  souvent de changement dans la présentation.
Même si en général la connexion est facile et rapide, il serait bien que la capacité de connexion soit augmentée au moment de la déclaration PAC.

Quels sont d’après vous, les points forts de
«Mes parcelles» ?
Le principal avantage est pour moi l’appui technique à l’utilisation. En cas de difficulté, je peux contacter la Hotline ou  la conseillère «Mes parcelles». La formation initiale, puis la participation au club utilisateur permet de répondre aux questions qui apparaissent à l’utilisation, de se mettre à jour sur les évolutions et de faire remonter des informations pour faire évoluer le produit. L’approche réglementaire est intéressante, notamment la possibilité de tester les mélanges de phytosanitaires et de vérifier les doses à apporter.
J’apprécie également la possibilité de faire des mesures de linéaires ou de surface.
La carthographie orthophoto  et IGN permet de repérer rapidement les parcelles.
La lisibilité des documents finaux est également appréciable.
Pour tous renseignements, contacter Edith Tambouret au 03.23.22.51.11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1841 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 1841 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui