L'Agriculteur de l'Aisne 28 septembre 2011 à 13h59 | Par Actuagri

Nicolas Sarkozy, chef de l’Etat, sur le site de Sofiprotéol dans l’Oise - L’appui déterminé à la chimie et aux carburants verts

Nicolas Sarkozy s’est rendu le 27 septembre sur le site de Sofiproteol, prés de Compiègne dans l’Oise pour apporter son soutien aux recherches et aux investissements dans les biocarburants de deuxième génération ainsi que dans la chimie verte qui a été éligible au Grand Emprunt lancé en 2009.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Xavier Beulin, président de Sofiprotéol a accueilli Nicolas Sarkozy le 27 septembre, à Venette, près de Compiègne dans l’Oise pour évoquer les investissements d’avenir et notamment la chimie verte. C’est en effet sur ce site qui a vu couler la première goutte de diester, il y a une vingtaine d’années que Sofiprotéol travaille à la deuxième génération de biocarburants à partir de la biomasse et de la plante entière. Au même endroit, le groupe s’est également lancé dans la chimie verte pour produire des composants susceptibles de remplacer les produits chimiques traditionnels d’origine fossile dans la santé, l’alimentaire, les matériaux de constructions ou encore les cosmétiques. En venant dans l’Oise, le président de la République a voulu montrer tout l’intérêt qu’il porte à la recherche à l’innovation pour stimuler la croissance, développer l’emploi, protéger notre modèle social, face à de redoutables concurrents que sont devenus les Chinois, les Indiens ou les Indonésiens. «Nous n’avons pas d’autres choix, la bataille se jouera sur la formation des jeunes et l’investissement des entreprises» a insisté le président. Il a d’ailleurs promis de se rendre tous les mois sur des sites «où s’applique des investissements d’avenir». Le premier projet de Sofiprotéol et des autres partenaires qui y sont associés : l’agglomération de Compiègne, la région Picardie, l’Université de technologie de Compiègne et d’autres acteurs privés est à ce titre emblématique. Baptisé Picardie Innovation en Végétal Enseignement, Recherche et Technologie (Pivert), il mobilise plus de 220 millions d’euros d’investissements sur 10 ans, 150 chercheurs publics et privés pour transformer le colza en produits chimiques renouvelables. Il a été retenu parmi les 400 projets novateurs qui ont été sélectionnés au titre du Grand Emprunt lancé en 2009. L’Etat y consacre 64 millions d’euros auquel s’ajoute le concours des collectivités locales. L’autre projet BioTfuel porte sur la recherche et la production de carburants de deuxième génération à partir de la plante entière et de la biomasse pour les moteurs diesel et de kérozène pour les avions.

Un modèle
Le président de la République n’a pas ménagé son appui à l’une et l’autre de ces initiatives. Les biocarburants parce qu’ils permettent de réduire notre dépendance énergétique tout en protégeant l’environnement. Avant de rappeler que la France était déterminée à faire en sorte que les énergies renouvelables représentent le quart du bouquet énergétique dans les huit ans qui viennent. Pas question pour autant de renoncer à l’énergie nucléaire. «Nous avons besoin des deux, ce serait irresponsable de renoncer au nucléaire» qui fournit 80 % de l’électricité nationale, a insisté le chef de l’Etat. Quant à la filière chimique, qui est une des clefs du développement économique, elle doit redevenir une priorité pour le chef de l’Etat. Notamment la chimie d’origine végétale dont la part doit passer de 8 à 15 %, voire 17 % dans la production de l’industrie chimique et qui va permettre «d’additionner la force de l’agriculture et la force de l’industrie» et d’offrir des débouchés sécurisés aux agriculteurs. Le président de la République n’a pas manqué de souligner au passage le modèle que constitue cette filière oléagineuse en matière de contractualisation pour les autres secteurs de l’agriculture et qui a inspiré la loi de modernisation agricole : «les industriels sont assurés d’avoir la matière première et les producteurs un débouché» à un prix fixé à l’avance.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1837 | septembre 2018

Dernier numéro
N° 1837 | septembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui