L'Agriculteur de l'Aisne 16 février 2018 à 08h00 | Par FDSEA 51

NON aux viandes javellisées dans nos assiettes

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L’accord entre l’Union Européen et les Etats du MERCOSUR ont repris de plus belle en ce début d’année 2018. Ce sont désormais des volumes d’importation de 99 000 tonnes de viandes bovines sud-américaines qui sont à portée de nos frontières. Or si Emmanuelle MACRON s’était voulu rassurant en décembre dernier à la suite des Etats Généraux de l’Alimentation, en fixant des «lignes rouges» françaises quand à cet accord, il s’avère aujourd’hui que le Président de la République française semble prêt à sacrifier notre agriculture en ratifiant les accords UE-Mercosur !

Ce n’est pas un scoop, toutes les productions françaises sont en difficulté ! Les producteurs s’attachent à produire une alimentation de qualité pour répondre aux attentes des consommateurs et du gouvernement, mais leurs pratiques sont loin d’être rémunérées à leur juste valeur. Et dans le même temps, on s’apprête à autoriser des importations de produits dont les méthodes de production sont interdites en France. Cherchez l’erreur !

Et quel mensonge auprès des consommateurs et des citoyens !

Cet accord Union Européenne - Mercosur serait très destructeur : - il mettrait à mal de nombreuses filières de notre région comme la viande bovine, le sucre, la volaille et l’éthanol. - il introduirait sur le marché de gigantesques volumes de produits ne répondant absolument pas aux attentes de nos concitoyens (qui ne veulent ni OGM, ni hormones de croissance dans leurs assiettes…) - il déstabiliserait, en les mettant en concurrence, l’équilibre existant entre les modèles agricoles d’Europe et d’Amérique latine.

L'objectif de cette rencontre est double : - dénoncer les conséquences du Mercosur pour nos filières agricoles, - mais également, dénoncer le non-respect, par les représentants des entreprises agroalimentaires et de la distribution, de la charte d’engagement qu'ils ont pourtant signée en novembre dernier, dans le cadre des Etats généraux de l'alimentation, au sujet de l’étiquetage, des promotions abusives... L'Etat doit garantir le respect des engagements de chacun.

Pendant la rencontre avec le Préfet, des agriculteurs distribueront des flyers dans le centre-ville pour sensibiliser les citoyens sur les lourdes conséquences de cet accord.

«Nous, Agriculteurs, nous en appelons aux Citoyens, aux Consommateurs, aux Elus locaux, à dénoncer également ces contradictions, ces incohérences, sources de dangers et destructrices d’emplois dans les territoires. Nous ne laisserons pas passer des produits qui ruinent nos efforts, nos territoires, et nos filières !» affirment-ils.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui