L'Agriculteur de l'Aisne 31 juillet 2012 à 14h42 | Par Actuagri

OCDE /FAO - Des prix agricoles à la hausse

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans un contexte déjà tendu par les prix agricoles, le rapport de l’OCDE et de la FAO 2012 sur les perspectives agricoles n’est pas réjouissant. Les prix agricoles devraient suivre une tendance à la hausse dans les dix prochaines années. «Tendance à la hausse pour les dix prochaines années». C’est ce qu’annonce le rapport de l’OCDE et de la FAO intitulé Perspectives Agricoles 2011-2012 concernant les prix nominaux des produits de base. Par contre, les prix réels (corrigés de l’inflation) devraient rester stables ou baisser de leurs niveaux actuels, tout en demeurant supérieurs de 10 à 30 %, en moyenne, de ceux de la décennie écoulée. «La volatilité des prix demeure préoccupante, la variabilité des rendements imputable aux conditions météorologiques étant la principale menace tant que les stocks se maintiennent à un faible niveau», explique le rapport. Cette année encore, la sécheresse aux Etats-Unis ne devrait pas arranger la tendance haussière des céréales.L’augmentation des prix du pétrole est aussi un facteur déterminant de la hausse des prix des produits agricoles de base. Elle rejaillit sur certains coûts de production, et favorise un accroissement de la demande de biocarburants et donc des produits agricoles utilisés pour les fabriquer. D’après le rapport, la production mondiale de bioéthanol et de biodiesel va doubler d’ici 2021 et sera concentrée au Brésil, aux Etats-Unis et dans l’Union européenne. La demande en biocarburant devrait absorber une part croissante de la production mondiale de canne à sucre (34%), d’huile végétale (16%) et céréales secondaires (14%).

Augmenter la productivité
Si les mesures en faveur des biocarburants viennent accentuer la pression pesant sur la demande, d’autres facteurs rentrent en compte comme : la croissance démographique, l’élévation des revenus par habitant, l’exode rural et l’évolution des habitudes alimentaires dans les pays en développement (par exemple: l'augmentation de la consommation de viande) . Pour répondre à la demande, la production agricole devra croître de 60% sur les quarante prochaines années. Cela revient à produire 1 milliard de tonnes de céréales et 200 millions de tonnes de viande en plus par an à l’horizon 2050, par rapport aux niveaux de 2005/07.Mais il est prévu que la production agricole se limite à 1,7% par an, contre 2% ces dernières décennies. La hausse du coût des intrants, les contraintes de ressources et environnementales, les incidences du changement climatique sont autant de facteurs qui devraient avoir un impact négatif sur l’offre. D’autant plus que l’augmentation des surfaces agricoles sera minime, la superficie labourable totale ne devrait gagner que 69 millions d’hectares (moins de 5%) d’ici 2050. La croissance de l’offre passera principalement par des gains de productivité. Pour augmenter cette productivité, le rapport table sur une réduction du retard des pays en développement dans le domaine agricole et sur l’utilisation durable des ressources disponibles.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1841 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 1841 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui