L'Agriculteur de l'Aisne 06 mai 2011 à 10h53 | Par opcalia

Politique de l'emploi et formation professionnelle en Picardie

L'étude conjoncture annuelle Opcalia révèle que 59 % des entreprises picardes interrogées ont confiance dans l'avenir et que le recrutement reste toujours pénalisé par la pénurie de profils adaptés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Pour 2011, la formation est une priorité pour 77 % des entreprises et les perspectives pour l'alternance sont positives.
L'enquête de conjoncture annuelle menée par Opcalia en Picardie auprès de 130 entreprises laisse apparaître que 59 % d'entre elles ont confiance dans l'avenir ce qui s'est traduit en 2010 par un léger redressement au niveau des embauches en dépit de licenciements toujours importants. Toutefois, avec un pronostic d'emploi mitigé, le recrutement est pénalisé par la pénurie de profils adaptés. Dans ce contexte, 77 % des entreprises jugent la formation prioritaire sachant que 87 % de celles qui ont mis en place des actions de formation en 2010 les ont jugées très efficaces. En 2011, les budgets et les volumes de formation devraient rester majoritairement stables. Dans le même temps, les perspectives pour l'alternance sont positives et les contrats de professionnalisation enregistreraient une croissance de 23 %.

La formation professionnelle reconnue comme levier indispensable
L'étude montre que 77 % des entreprises jugent la formation professionnelle prioritaire et que 87 % de celles qui ont mené des actions de formation en 2010 les ont jugées efficaces. Les entreprises interrogées en ont une image très positive des bénéfices de la formation : développement des compétences des salariés (88 %) ; efficacité de l'entreprise (76 %) ; développement personnel des salariés (68 %) ; amélioration de l'employabilité des personnes (39 %). Les entreprises de 50 à 249 salariés (72 %) et les entreprises du secteur du service à la personne sont les plus positives considérant qu'elles entrainent une employabilité accrue des salariés. Certaines entreprises voient cependant en la formation professionnelle un risque de voir partir les salariés (13 %), désorganiser l'activité (12 %, être une source de coût (12 %) ou une perte de temps en gestion administrative (3 %). Le commerce de détail est particulièrement sensible au risque de désorganisation de l'activité (47 %).

La pénurie des bons profils
L'enquête souligne que 38 % des entreprises ont des difficultés de recrutement, en particulier pour les opérateurs de premier niveau (38 %), les techniciens (38 %) et les cadres-ingénieurs (34 %). La pénurie de bons profils est la première raison identifiée (59 %), loin devant la faible attractivité du métier (26 %), les conditions de travail (21 %) et le niveau de rémunération (14 %). Les entreprises les plus touchées sont les entreprises de plus de 250 salariés (65 %) et celles de 50 à 249 (48 %) devant les moins de 10 (36 %) et les 10 à 49 (33 %).

Des volumes de formation en hausse
Concernant les budgets de formation, l'étude montre qu'ils ont augmenté en 2010 et que la majorité des entreprises (75 %) prévoit de les maintenir stables en 2011. Il n'a pas été noté de variation significative par taille d'entreprise ou par secteur d'activité.
Pour les volumes de formation on enregistre une hausse pour 2011, particulièrement dans les entreprises de plus de 50 salariés et dans l'industrie. Les bénéficiaires de cette croissance seront spécialement les techniciens
(25 %), les opérateurs de premier niveau (24 %) et les cadres-ingénieurs (17 %).
Les types de formations prioritaires pour 2011 sont les formations techniques liées au métier (32 %) devant le management et la gestion du stress et des conflits (30 %), les formations générales type informatique et langues
(24 %) et les formations de mise à niveau des savoirs de base comme l'orthographe et le calcul (13 %).

Les OPCA et les professionnels de la formation partenaires privilégiés
Les OPCA et les professionnels de la formation sont des partenaires incontournables dans la mise en place des actions de formation. En effet, dans un contexte où la planification des actions de formation concerne seulement 26 % des entreprises, 84 % s'appuient sur leur OPCA, et 73 % sur des professionnels dans le choix et le financement de leurs formations. Le commerce de détail, quant à lui, privilégie souvent l'avis de l'expert comptable (55 %).

L'alternance bien reconnue
Les contrats d'apprentissage et de professionnalisation sont connus respectivement par 90 % et 92 % des entreprises picardes et appréciés par ceux qui les ont mis en oeuvre. Concernant les contrats de professionnalisation, les entreprises y ont déjà fait appel de façon significative (44 %) et 23 % d'entre elles ont l'intention d'y recourir en 2011, particulièrement les entreprises de plus de 250 collaborateurs (87 %) et les entreprises de 50 à 249 salariés (66 %).

Le retour de la confiance en l'avenir
Le niveau de confiance (59 %) croît avec la taille des entreprises : TPE (54 %), entreprises de 10/49 salariés (65 %), 50/249 (81 %) et plus de 250 (87 %). En 2010, on constate un redressement du niveau d'embauches mais des licenciements toujours importants. Pour 2011, on s'attend à une légère croissance du niveau d'embauche et à un léger tassement des licenciements.

Une étude sur 130 entreprises dont 74 TPE
La méthode utilisée pour mener à bien cette enquête, en décembre 2010 avec le cabinet Majors Consultants, s'est appuyée sur le contact de 933 entreprises (contre 50 000 au niveau national) à qui a été proposé une participation à l'enquête. Le taux de réponses positives a été de 13.9 % soit 130 entreprises adhérentes ou non au réseau Opcalia. Les réponses des 130 entreprises ont été obtenues au 2/3 par internet et pour 1/3 par téléphone. L'échantillon assure une représentativité des entreprises sur la région : 57 % des répondants sont des entreprises de moins de 10 salariés, 24 % de 10 à 49 salariés, 15 % de 50 à 249 salariés et 3 % de 250 salariés et plus ; organisme de Formation (10 %), industrie (6 %), service à la personne (5 %), verre mécanique (5 %), et commerce de détail (4 %), commerce de gros (4 %) et brasserie (4 %).
Commentant les résultats de cette étude, Jean-Paul Saintomer, président d'Opcalia Picardie, déclare «le niveau de confiance en l'avenir de la majorité des entreprises fait souffler sur notre région un vent d'optimisme. L'intérêt que suscite dans le même temps les contrats de professionnalisation vient valider l'orientation des partenaires sociaux et les investissements d'Opcalia en faveur de l'alternance».
Robert Théot, vice-président d'Opcalia Picardie, ajoute «Même dans une période économique difficile, plus d'une entreprise sur trois s'est dit rencontrer des difficultés de recrutement liées principalement à la pénurie de bons profils. Cet état de fait nous conforte dans l'idée que le contrat de professionnalisation est une solution à ce problème et que nous sommes sur la bonne voie».

A propos d'Opcalia

Opcalia est un Organisme Paritaire Collecteur Agréé (OPCA) - interbranches, interprofessionnel et régional - au titre de la formation professionnelle. Il finance la formation des salariés via différentes mesures : plan de formation, contrats et périodes de professionnalisation, DIF, bilans de compétences, VAE.
- Définition et mise en oeuvre de projets de formation ;
- Ingénierie financière : articulation des différentes mesures de formation, cofinancements publics... ;
- Simplification administrative et financière ;
- Service d'informations juridiques sur la formation ;
- Mise à disposition d'outils d'information, d'aide à la décision...
Opcalia est le 3ème acteur national en matière de gestion de la formation professionnelle continue et représente 38 000 entreprises adhérentes qui emploient 1,6 million de salariés issus de 26 branches et secteurs d'activité ou de l'interprofession ; 410 Md’euros ont été collectés en 2010 au titre de la Formation Professionnelle des salariés (MSB 2009).
Opcalia s'appuie sur un réseau de 28 opérateurs régionaux répartis sur tout le territoire et d'opérateurs de branche avec un effectif de 520 collaborateurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1828 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 1828 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui