L'Agriculteur de l'Aisne 23 septembre 2014 à 08h00 | Par Actuagri

Pomme de terre : les prix sous pression de la pléthore

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © l'agriculteur de l'Aisne

La campagne de pommes de terre de conservation s’annonçait difficile et les premières semaines de commercialisation confirment cette crainte. A l’origine, une production pléthorique attendue en France et dans les principaux pays producteurs du Nord-Ouest de l’UE (Allemagne, Belgique, Grande-Bretagne, France, Pays-Bas) dont l’organisme représentatif, le NEPG, annonce une production record de 27 Mt, 10,5 % de plus que l’an dernier et 12 % de plus que la moyenne quinquennale. Ce résultat est en partie la conséquence d’excellents rendements, mais surtout d’une expansion des surfaces qui atteignent 548 500 ha pour l’ensemble des cinq pays soit près de 12 % de plus que pour la dernière moyenne quinquennale. La France a participé à cette progression des surfaces en affichant cette année, un nouveau record à 121 000 ha, alors que les organisations professionnelles nationales (UNPT, CNIPT) estiment qu’elles ne devraient pas dépasser 105 000 ha. Les deux bonnes campagnes précédentes expliquent sans doute la progression des plantations, malgré les mises en garde des organisations professionnelles. Celles-ci vont faire leur possible pour aider à l’allègement des disponibilités pléthoriques, par la recherche de débouchés exceptionnels comme l’alimentation animale, l’aide alimentaire, voire des dégagements vers l’industrie féculière. Le CNIPT engagera en outre, des actions de publi-promotion pour stimuler la consommation intérieure et pour maintenir les parts de marché à l’exportation. Ce qui ne sera pas aisé compte tenue de l’abondance d’offres chez les grands pays exportateurs européens concurrent ; l’Allemagne, notamment, est déjà présente sur le marché italien. Les effets sur les prix de cette conjoncture ne se sont pas fait attendre. Ainsi, les variétés courantes, stade expédition de la région de production s’affichent à 60 €/t contre 220 il y a un an, la bintje en vrac pour l’industrie, 25 € contre130 €/t, les diverses variétés courantes, pour l’exportation, 15 € contre 130 €/t.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1821 | mai 2018

Dernier numéro
N° 1821 | mai 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui