L'Agriculteur de l'Aisne 28 janvier 2011 à 09h43 | Par Gaetane Trichet

Présentation des résultats de la politique de sécurité en 2010. - Des résultats encourageants à consolider

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : le colonel Louvet, Myriam Garcia, Pierre Bayle, Olivier Hussenet et Benoît Desféret.
De gauche à droite : le colonel Louvet, Myriam Garcia, Pierre Bayle, Olivier Hussenet et Benoît Desféret. - © l'agriculteur de l'aisne

Pierre Bayle, préfet de l’Aisne, Olivier Hussenet, procureur de la République, Myriam Garcia, sous-préfet et directeur de cabinet,  Benoît Desféret, directeur départemental de la sécurité publique, le colonel Bruno Louvet commandant de la gendarmerie, ont présenté les chiffres issus des résultats de la politique de sécurité dans l’Aisne.  Entre le 1er janvier et le 31 décembre 2010, 24 015 faits criminels ou délictueux ont été constatés dans l’Aisne. Cela représente 1 243 faits de moins qu’en 2009, soit une baisse de 4,29 %. «Cette évolution s’explique par le développement des synergies entre police et gendarmerie, le travail soutenu de la cellule anti-cambriolages mise en place en septembre 2009, le développement de la vidéo-protection et une forte présence des forces de l’ordre sur le terrain».

Les atteintes aux biens chutent de 7,71 %
Les atteintes aux biens enregistrent une baisse globale de 7,71%. Cette évolution est en grande partie explicable par la forte chute du nombre de vols liés à l’automobile et aux deux-roues à moteur (de 4 060 à 3 153 entre 2009 et 2010, soit une réduction de 22,34 %).
La  quasi-totalité des formes d’atteintes aux biens sont en baisse. Les vols à main armée ont baissé de 16,67 % (de 48 à 40 faits entre 2009 et 2010) et les cambriolages de 8,70 % (de 2 472 à 2 257 faits). Parmi les cambriolages, les vols par effraction de résidences principales et secondaires ont baissé de 17,40 % (de 1402 à 1158 faits). «Il est important de respecter quelques règles de sécurité simples comme fermer à clé sa  porte, ne pas laisser des fenêtres ouvertes qui laissent des opportunités aux voleurs». Pour les locaux industriels, commerciaux ou financiers les vols ont en revanche progressé de 8,94 % (de 526 à 576 faits). «L’expérience montre que les commerces ou industries équipées d’alarme subissent très peu de préjudices» a-t-il été cependant précisé.
2 731 faits de destructions et dégradations de biens ont été recensés en 2010 soit 1,26 % de plus qu’en 2009. La criminalité organisée et la délinquance spécialisée a enregistré un déclin de 11,45 % entre 2009 et 2010 (de 166 faits recensés en 2009 à 147 en 2010).

Atteintes volontaires à l’intégrité physique
La hausse globale de 0,96 % des atteintes volontaires à l’intégrité physique masque des évolutions contrastées suivant la nature des délits.  Les violences physiques dites «crapuleuses»  dont l’objet est le vol, ont diminué de 4,31%, passant de 348 à 333 faits. Les vols violents sans arme contre des femmes perpétrés sur la voie publique ou dans les lieux publics ont fortement contribué à cette baisse, en passant de 126 à 91 entre 2009 et 2010, soit une baisse de 27,78 %.
Les violences physiques non crapuleuses regroupent l’essentiel des violences dont l’objet n’est pas le vol : violences «gratuites», règlements de comptes, bagarres entre automobilistes, violences intra-familiales… Elles enregistrent une baisse de 2,49 %, avec 2 306 faits recensés en 2010 contre 2 365 en 2009.
La chute du nombre de coups et blessures volontaires non suivis de mort (-6,35 %, de 2 046 à 1 916 faits) y contribue largement. Les interventions pour différends familiaux ont en revanche augmenté (+4,86 % entre 2009 et 2010, de 1 977 à 2 073 faits).
Autre sujet de préoccupation : les violences à dépositaires de l’autorité ont augmenté de 9,88 % (de 162 à 178 faits).
Les violences sexuelles ont quant à elles baissé de 6,84%, passant de 234 à 218 faits entre 2009 et 2010.

- © l'agriculteur de l'aisne - réussir

Escroqueries et infractions économiques et financières : le préfet appelle à la prudence
La hausse globale des escroqueries et infractions économiques et financières (+2,35 % entre 2009 et 2010) est due, pour l’essentiel, à l’augmentation du nombre d’escroqueries et abus de confiance (+9,11 %, de 1 767 à 1 928 faits), notamment sur Internet. «Il faut se méfier des offres alléchantes de produits peu chers, tout autant que les mails où l’on vous demande vos coordonnées bancaires. En cas de doute, il faut se rapprocher de sa banque et pour commander sur internet, mieux vaut-il le faire chez des marques connues et sur des sites sécurisés». On note également une augmentation des utilisations frauduleuses de chèques volés (+2,17 %, de 553 à 565 faits).
La délinquance économique et financière (fausses factures, travail clandestin, fraudes fiscales…) enregistre quant à elle une baisse de 10,75 % (de 93 à 83 faits entre 2009 et 2010).

Accidentologie routière : d’importants progrès
Les chiffres de la sécurité routière dans l’Aisne depuis 2007 témoignent des progrès constants réalisés dans ce domaine. Tous les indicateurs de l’accidentologie sont en effet en baisse sur la période, à la seule exception du nombre de blessés, qui a stagné entre 2009 et 2010. Le nombre d’accidents corporels s’établit ainsi à 310 en 2010, soit une baisse de 5,2 % par rapport à 2009, et de 23,5 % par rapport à 2007. Parmi ces accidents, 40 ont entraîné la mort, soit 12,9 %. En 2009, 43 collisions mortelles avaient été recensées, soit 13,15 % des accidents corporels de la période. Le nombre d’accidents mortels a donc diminué aussi bien en termes absolus qu’en proportion. Le nombre de tués enregistre une baisse de 16,32 % par rapport à 2009, passant de 49 à 41. En 2010 comme en 2009, le nombre de blessés est restée identique (406 personnes).


- © l'agriculteur de l'aisnse

Aux sources de l’insécurité routière : le comportement des usagers
L’analyse des données accidentologiques révèle que des facteurs humains se trouvent presque toujours à l’origine des collisions. En 2010, 23,2 % des accidents corporels avaient pour origine des refus de priorité, 19 % la consommation d’alcool et/ou de stupéfiants, et 17,7 % une vitesse inadaptée ou excessive.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Agriculteur de l'Aisne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

L'Agriculteur de l'Aisne
La couverture du journal L'Agriculteur de l'Aisne n°1841 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 1841 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui